GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Le romancier Johary Ravaloson humanise la figure du voleur de zébus

    media Le romancien malgache Johary Ravaloson. RFI/Tirthankar Chanda

    Pour son troisième roman, l’écrivain malgache Johary Ravaloson se replonge dans un monde qu’il connaît bien et qui a déjà fait son succès. Vol à vif (éditions Dodo Vole) revient sur l’itinéraire de Tibaar, un voleur de zébus déjà présent dans La porte du Sud, une nouvelle qui avait valu à l’auteur le grand prix de l’océan Indien en 1999.

    Dans son troisième roman Vol à vif, le Malgache Johary Ravaloson revient sur le parcours de Tibaar. Le jeune dahalo, ces voleurs de zébus du sud de Madagascar, était l'un des personnages de La porte du Sud, une nouvelle sur un vol de zébus qui tourne mal, récompensée en 1999 par le grand prix de l’océan Indien.

    « J’ai eu un prix grâce à cette nouvelle. C’était une résidence dans la région où se déroule l’histoire. Du coup je suis retombé dedans, j’avais envie d’amplifier cette histoire, d’aller un peu plus en profondeur puisque j’ai eu l’occasion de rencontrer ces gens, retrace Johary Ravaloson. C’est un peuple particulier de Madagascar, c’est ce qu’on appelle les Baras, cela veut dire " libre " en malgache et c’est de cette liberté dont j’ai envie de parler dans Vol à vif. »

    Et pour une fois, le récit adopte le point de vue du dahalo, ces bandits qui font régulièrement la Une des journaux malgaches. « On en fait des bêtes méchantes et féroces dans la presse, mais ce sont aussi des hommes comme n’importe qui, réhabilite le romancier. Et je tenais à faire voir qui est ce Tibaar, à raconter comment il en est arrivé-là. »

    Le livre est donc une plongée dans le monde des trafics, des intrigues, de la corruption et de la violence, mais également de la spiritualité, des rites ancestraux et animistes qui font toute l'âme de Madagascar.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.