GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    «The Revenant», une expérience cinématographique incandescente

    media Leonardo DiCaprio, héros de «The Revenant», à la première du film à Londres, le 14 janvier 2016. REUTERS/Toby Melville/Files

    C’est l’événement cinéma de la semaine, un film au tournage dantesque qui sort ce mercredi sur les écrans français : The Revenant du réalisateur mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu avec Leonardo DiCaprio dans le rôle-titre. L’histoire se déroule au début du XIXe siècle dans le Grand Nord canadien. La star américaine interprète un guide de trappeurs attaqué par un ours. Laissé pour mort par ses camarades, il va tout faire pour survivre.

    Des paysages naturels d’une beauté à couper le souffle... Une histoire authentique mêlant la férocité des animaux sauvages et la barbarie des hommes. The Revenant offre aux spectateurs une expérience cinématographique à l’esthétique grandiose qui fait écho aux préoccupations écologiques de l’époque.

    Pourtant, l’action se déroule il y a plus de deux siècles dans le Grand Nord canadien. Le héros est un guide de trappeurs, Hugh Glass. Après avoir échappé à une offensive indienne, et alors qu’il conduit ses compagnons à travers bois pour rejoindre un fort, il se fait attaquer par un ours. Abandonné à son sort, son fils métisse tué, Hugh Glass va survivre contre toute attente pour retrouver le meurtrier et se faire justice.

    Intense performance

    The Revenant, le revenant, c’est Leonardo DiCaprio qui accomplit ici une performance si intense qu’elle devrait, en toute logique, lui rapporter un Oscar, le premier de sa carrière.

    Alejandro Inarritu réussit un sixième film incandescent, vibrant, tourné en lumières naturelles, camaïeu de gris et de blanc dans ces étendues enneigées. Le tournage fut, dit-on, épique, à l’image d’une histoire qui raconte à la fois l’origine historique des Etats-Unis et l’avidité bien actuelle de l’humanité.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.