GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Andreï Makine élu à l'Académie française

    media Andreï Makine, auteur d'origine russe et d'expression française, à Bucarest, le 23 novembre 2013. DANIEL MIHAILESCU/AFP

    C'était jour d'élection aujourd'hui à l'Académie française et au fauteuil n°5, devenu vacant depuis la disparition de la romancière algérienne Assia Djebar en 2015, un nouveau membre a été choisi pour entrer sous la coupole : il s'agit de l'écrivain russe d'expression française Andreï Makine, âgé de 58 ans, auteur de seize livres récompensés par de nombreux prix littéraires.

    Andreï Makine est sans conteste l'écrivain russe le plus amoureux de la France. Orphelin très jeune, c'est sa grand-mère en Sibérie qui lui transmet le goût de la littérature française. Dès lors, il garde ce lien privilégié avec la langue de Molière qu'il étudie à Moscou et consacre sa thèse de doctorat au roman français contemporain.

    Devenu professeur de philologie, il obtient en 1987 un poste d'assistant dans un lycée parisien, il a tout juste 30 ans et vit dans une chambre de bonne. Réfugié politique, dans la précarité, il se lance dans l'écriture de trois romans rédigés en français mais qu'il traduit en russe pour être publié comme auteur étranger. Un comble !

    1995 est pourtant l'année de la reconnaissance car son livre Le testament français est couronné par deux très grands prix littéraires : le Goncourt et le Médicis. C'est exceptionnel. Depuis Andreï Makine n'a cessé d'écrire dans cette langue choisie au détriment de la langue maternelle pour échapper dit-il « aux ombres trop intimes de Tchekov ou Tostoï ».

    Aujourd'hui, c'est la France qui lui rend son amour en l'accueillant à bras ouverts dans son institution la plus prestigieuse : l'Académie française.

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.