GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    L'utopie africaine de Felwine Sarr

    media Felwine Sarr. © Antoine Tempé

    Felwine Sarr est un intellectuel africain. Agrégé d'économie, il enseigne à l'université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal. Dans son dernier livre Afrotopia (éditions Philippe Rey), il rêve d'une Afrique maîtresse d'elle-même qui porterait « l'humanité à un autre palier ».

    « Aborder une pensée portant sur le continent africain est un tâche ardue, écrit Felwine Sarr, tant sont tenaces, poncifs, clichés et pseudo-certitudes qui, comme un halo de brume, nimbent sa réalité ». Sa démarche est donc de déconstruire la vision de l'Afrique ; une vision débarrassée notamment des idées occidentales pour atteindre « l'Afrotopia », cette « utopie active qui se donne pour tâche de débusquer dans le réel africain les vastes espaces du possible et les féconder ».

    Développement

    Cette déconstruction, « exigence d'une absolue souveraineté intellectuelle », passe d'abord par la remise en question de la notion de développement vue à Washington dans les couloirs du FMI ou de la Banque mondiale.

    Assurément, Felwine Sarr ne remet pas en cause la nécessité de développer le continent qui est le sien mais la manière de le faire. L'Afrique doit trouver la voie qui est lui est propre et non plus se voir imposer un « modèle ». « C'est à une critique philosophique, morale et politique de l'idéologie développementiste qu'il s'agit de procéder », écrit l'analyste rigoureux qui parle d'un domaine qu'il connaît : celui des chiffres, des statistiques, des courbes. Dans celui-ci comme dans d'autres, « l'utopie africaine consiste à frayer d'autres chemins du vivre ensemble ».

    Pour se réinventer, l'Afrique doit aussi redécouvrir ses racines, ses traditions. Les Africains d'aujourd'hui semblent les oublier peu à peu, avides qu'ils sont de profiter des fruits d'une certaine forme de société venue d'ailleurs.
    C'est une tendance dangereuse pour Felwine Sarr. « L'homme africain contemporain est déchiré entre une tradition qu'il ne connaît plus vraiment et une modernité qui lui est tombée dessus comme une force de destruction et de déshumanisation », écrit-il en pensant à la colonisation.

    Modernité africaine

    « Quels pourraient être les contours et les contenus de cette modernité africaine, si elle souhaite éviter de devenir une mauvaise contrefaçon de l'Europe ? », s'interroge l'auteur. C'est la question centrale du livre.

    Au fil des pages, Felwine Sarr se livre à une réflexion philosophique qui met par exemple en avant l'existence de plusieurs mondes. « Cette Afrique qui est et qui advient est protéiforme », souligne-t-il. Elle doit fonder son avenir sur son autonomie culturelle et sur une notion du temps qui lui est propre. Et, selon lui, l'économie doit être envisagée avec une dimension sociale notamment. Ici aussi, il s'agit de renouer avec la tradition. « Dans les sociétés africaines traditionnelles, l'économique était inclus dans un système social plus vaste. Il obéissait certes à ses fonctions classiques (subsistance, allocation des ressources, etc.) mais était subordonné à des finalités sociale, culturelle et civilisationnelle ». Il faut donc, dit l'auteur, « ancrer les économies africaines dans leur contexte culturel ». Et habiter sa demeure.

    L'analyse de Felwine Sarr est nourrie d’études de grands esprits du continent ; le philosophe Mamoussé Diagne et son travail sur la tradition orale pour comprendre les contenus de la pensée africaine ou bien encore Abdoulaye Elimane Kane, qui cherche la « part africaine » dans la pensée de l'humain.
    C'est un appel à l'accaparement par les Africains d'une image de l'Afrique qui leur soit propre et non l'image que leur renvoie l'Occident.

    « Pour hâter la fin d'un monde, se désarrimer et décrocher de l'Occident, il est nécessaire de gagner la bataille de la représentation, par une stratégie de subversion et d'insurrection devant aboutir à l'élaboration de son propre discours et d'une représentation de soi-même », écrit cet homme posé dont l'ambition intellectuelle est grande. Et noble.

    Pour en savoir plus :

    Felwine Sarr est l'invité de l'émission Idées, dimanche 27 mars 2016 à 15h10 TU.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.