GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    RFI à Avignon: «E-passeur.com» de Sedef Ecer

    media « E.passeur.com » de l’écrivaine turque Sedef Ecer, une lecture interprétée par Karim Barras, Romain Cinter et Florence Minder dans le cadre de «Ça va, ça va le monde!», organisé par RFI au Festival d’Avignon. Pascal Gély / RFI

    Un businessman aux allures de mafioso chic a créé sa start-up : « E-passeur.com ». L’écrivaine turque Sedef Ecer présente au festival d’Avignon sa nouvelle pièce pour la première fois en français. La lecture, interprétée par Karim Barras, Romain Cinter, Florence Minder et Pierre Alexandre Lampert, a eu lieu ce lundi 18 juillet à 11h30 dans le cadre du cycle « Ça va, ça va le monde ! », organisé par RFI, jusqu’au 20 juillet dans le jardin de la rue Mons. Entrée libre.

    E-passeur.com : Car tous les citoyens du monde sont devenus des migrants en puissance, un businessman aux allures de mafioso chic a créé sa start-up : E-passeur.com qui, via le téléphone, surveille et exploite les candidats au départ. Un réfugié peut voyager sans nourriture, sans vêtements de rechange, sans pièce d’identité, mais jamais sans téléphone portable. Lors du long périple qu’il va entreprendre, son smartphone sera en permanence son lien au monde et il va laisser des traces numériques partout où il passera. Apatride numérique, sa cyber-identité tracera son destin. Un récit cynique sur l’indifférence du monde occidental.

    Née à Istanbul, romancière, auteure dramatique et scénariste, Sedef Ecer pratique plusieurs formes d'écriture en turc et en français depuis 2007. Ses textes ont été mis en scène, en lecture ou en ondes dans plusieurs pays. Parmi ceux-ci, on peut citer À la périphérie, Le peuple arrive ou First Lady, qui sera mis en scène par Vincent Goethals cet été au théâtre du Peuple de Bussang. Pour 2016, elle travaille sur pas moins de six chantiers d’écriture. Ses textes sont traduits en arménien, grec, allemand, anglais, polonais et turc. Comédienne depuis l’âge de trois ans, elle a joué dans une vingtaine de longs-métrages et une vingtaine de spectacles en Turquie et en France.

    LUNDI 18 JUILLET à 11h30 au festival d’Avignon :
    E-PASSEUR.COM, de Sedef Ecer (Turquie)
    Metteur en scène : Armel Roussel, assisté de Julien Jaillot et accompagné de Pierre Alexandre Lampert pour la création son. Lu par Karim Barras, Romain Cinter, Florence Minder et Pierre-Alexandre Lampert (collaborateur sonore).

    E-passeur est édité à l'Avant-Scène théâtre et a été créé en turc à Istanbul en mai dernier sur la scène nationale d’Üsküdar en Turquie, dans le cadre du festival international du théâtre d’Istanbul.

    ► Ça va, ça va le monde !, du 15 au 20 juillet, de 11h30 à 12h30, dans le jardin de la rue de Mons à Avignon. Un cycle de lecture coordonné par Pascal Paradou, dirigé et mis en scène par Armel Roussel, assisté de Julien Jaillot et accompagné de Pierre Alexandre Lampert pour la création son. Une coproduction du festival d’Avignon, RFI, Armel Roussel / [e]utopia3 (soutenu par WBI et FEEIG). Avec le soutien de la SACD dans le cadre de son action culturelle radiophonique. Entrée libre.

    Toutes ces lectures seront ensuite diffusées sur rfi.fr et sur les antennes de RFI à partir du dimanche 24 juillet. Quand les feux d’Avignon s’éteindront, le festival continuera sur les ondes, pour faire vivre ces théâtres du monde !


    VENDREDI 15 JUILLET 2016 :
    TAIS-TOI ET CREUSE, de Hala Moughanie (Liban, Prix RFI-Théâtre 2015)
    Metteur en scène : Armel Roussel, assisté de Julien Jaillot et accompagné de Pierre Alexandre Lampert pour la création son. Lu par Clémentine Célarié, François Clavier, Pierre Verplancken, Jean-Benoît Ugeux et Vincent Lecuyer.

    SAMEDI 16 JUILLET :
    À LA GUERRE COMME À LA GAMEBOY, de Edouard Elvis Bvouma (Cameroun)
    Metteur en scène : Armel Roussel, assisté de Julien Jaillot et accompagné de Pierre Alexandre Lampert pour la création son. Lu par Samuel Padolus.

    DIMANCHE 17 JUILLET :
    PARFOIS LE VIDE, de Raharimanana (Madagascar)
    Metteur en scène : Armel Roussel, assisté de Julien Jaillot et accompagné de Pierre Alexandre Lampert pour la création son. Lu par l’auteur, accompagné de Tao Ravao (Kabos, Valiha…), Jean-Christophe Feldhandler (percussions) et Géraldine Keller (chant).
     
    LUNDI 18 JUILLET :
    E-PASSEUR.COM, de Sedef Ecer (Turquie)
    Metteur en scène : Armel Roussel, assisté de Julien Jaillot et accompagné de Pierre Alexandre Lampert pour la création son. Lu par Karim Barras, Romain Cinter, Florence Minder et Pierre-Alexandre Lampert (collaborateur sonore).

    MARDI 19 JUILLET :
    SI TU SORS JE SORS, de Gustave Akakpo et Marc Agbedjidji (Togo). Sur une proposition du festival Les Francophonies en Limousin.
    Metteur en scène : Armel Roussel, assisté de Julien Jaillot et accompagné de Pierre Alexandre Lampert pour la création son. Lu par Aminata Abdoulaye, Marc Agbedjidji, François Ebouélé et Sophie Sénécaut.

    MERCREDI 20 JUILLET :
    SANK OU LA PATIENCE DES MORTS, d’Aristide Tarnagda (Burkina Faso)
    Metteur en scène : Armel Roussel, assisté de Julien Jaillot et accompagné de Pierre Alexandre Lampert pour la création son. Lu par Karim Barras, Annette Gatta, Denis Mpunga, Sophie Sénécaut et Marc Zinga.

    ► En attendant les lectures au festival d’Avignon, du 15 au 20 juillet 2016, voici le lien pour (re)vivre les lectures des éditions précédentes => Ça va, ça va, le monde !

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.