GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    «Larmes de Satan», un thriller marocain au Festival Ecrans noirs de Yaoundé

    media L’affiche (extrait) de « Larmes de Satan » du réalisateur marocain Hicham El Jebbari, en lice de la compétition internationale du festival « Ecrans noirs » à Yaoundé. Ecrans Noirs

    À la 20e édition du Festival international de film africain Écrans noirs à Yaoundé, au Cameroun, un thème domine dans la compétition internationale : la lutte contre les injustices. Exemple avec « Larmes de Satan » du réalisateur Hicham El Jebbari. Un thriller marocain qui aurait sans doute été censuré il y a quelques années.

    Brisé, hagard, Hassan sort de prison, après 18 ans de détention arbitraire. Il se lance dans la traque d’un de ses tortionnaires, un militaire tombé en disgrâce. Le réalisateur marocain Hicham El Jebbari - également directeur artistique du Théâtre national Mohamed V - livre une réflexion unique sur les années de plomb au Maroc.

    Qu'est-ce qui se passe si on n'accepte pas la réconciliation ?

    « On peut dire que c’est un peu la vision d’une génération qui a assistée, tout jeune, aux événements de l’année du plomb, de la fin des années 1970 aux années 1980. Le film Larmes de Satan est une question qui se pose : qu’est-ce qui se passe si on trouve un des ex-détenus politiques qui n’a pas accepté la réconciliation et qui veut se venger de son bourreau ? »

    Avant d’organiser sa vengeance, Hassan, l’ex-détenu, faisait face au mutisme de sa femme. Le militaire, lui, avait caché la vérité à sa famille. Hicham El Jebbari filme les non-dits de l’histoire marocaine.

    Le manque total de communication

    « La difficulté de cette période-là est le manque total de communication. Chaque jour, une famille perd un membre de sa famille, on le cherche. Avec la réaction de Hassan de se venger, de kidnapper la famille, commence une communication négative. C’est un moment de poser les questions et de demander des réponses. » 

    D’abord marqué par la lenteur, une grande économie de mots et de gestes, Larmes de Satan se mue en un road-movie sanglant, implacable, comme la course de l’Histoire.

    Ecrans noirs, 20e édition du Festival international de film africain à Yaoundé, au Cameroun, du 15 au 23 juillet.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.