GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    YouTube, un danger pour les droits d'auteur

    media Paul McCartney au Stade de France. Managers et groupes de rock se révoltent contre le géant de la vidéo YouTube. RFI/ Edmond Sadaka

    « YouTube est la radio des temps modernes, mais elle détruit notre business »... après les artistes, ce sont les managers qui se sont révoltés contre le géant de la vidéo dans le magazine Rolling Stones hier, lundi 15 août. Ils dénoncent le manque de contrôle et l’utilisation détournée de contenus soumis à des droits d’auteur.

    Taylor Swift, Paul McCartney, U2... En juin dernier, de nombreux artistes avaient signé une pétition adressée au Congrès américain. Hier, lundi 15 août, ce sont les managers et avocats des stars qui se sont exprimés dans le magazine Rolling Stone. Ils dénoncent le manque de respect des droits d’auteur et une politique de blocage insuffisante.

    Irving Azoff l’affirme : « YouTube détruit notre business ». Du groupe Eagles à Van Halen, il est manager des plus grandes formations. Il pousse un coup de gueule contre le géant de la vidéo. Et l'appelle à mieux réguler les contenus mis en ligne.

    50 millions de vidéos par jour

    Mais le problème est complexe. YouTube a mis dix ans à développer un algorithme pour repérer et interdire les vidéos incluant les travaux d’artistes. Le programme a ses limites : il ne bloque que 99,5% des mises en ligne. Et le 0,5% restant représente encore près de 50 millions de vidéos visionnées chaque jour. Des performances live, détournements ou vidéos personnelles, publiés sans l'aval de l'artiste ou ses représentants.

    « La pornographie et les films sont bien exclus du site, dénonce Arzoff, alors pourquoi pas les contenus musicaux ? ». Il appelle YouTube et Google à modifier le Digital Millenium Copyright Act, la loi américaine qui régit les droits d’auteurs. Mais, pour l’heure, personne n’a répondu à l’appel.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.