GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Février
Jeudi 16 Février
Vendredi 17 Février
Samedi 18 Février
Aujourd'hui
Lundi 20 Février
Mardi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Séisme en Italie: le maire d’Amatrice porte plainte contre «Charlie Hebdo»

    media La ville italienne d'Amatrice a été dévastée par le tremblement de terre qui a frappé le pays le 24 août dernier. Reuters/Stefano Rellandini

    Le séisme qui a frappé le centre de l’Italie, et plus particulièrement la ville d’Amatrice, le 24 août dernier, a fait près de 300 morts et de nombreux dégâts matériels. L’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo s’était inspiré de la catastrophe pour de nouveaux dessins. Ceux-ci n’ont pas plu à la ville d’Amatrice qui a décidé d’attaquer en justice le journal satirique pour diffamation.

    Sous le titre « Séisme à l’italienne », une caricature de Félix, parue dans l’édition de Charlie Hebdo du 31 août, comparait les victimes du tremblement de terre à différents types de pâtes.

    Sur le dessin : deux personnages ensanglantés portant les mentions « penne sauce tomate » et « penne gratinées » tandis que d’autres, écrasés sous les débris de leurs maisons, sont affublés du surnom de « lasagnes ».

    « Caricature répugnante », « lugubre », « honteuse », les réactions indignées se sont multipliées, notamment de la part des politiques italiens. Il faut dire qu’un autre dessin de Charlie Hebdo affirmait que la mafia était la responsable des mauvaises constructions et donc des dégâts conséquents.

    Mario Cicchetti, qui représente la petite commune d’Amatrice, près de Rome, a déposé la plainte. L’avocat dénonce une caricature qui a représenté les victimes comme des « plats stéréotypés de la tradition culinaire italienne ». Même s’il reconnaît que la satire est « un droit inviolable », il affirme que « ces dessins offensent la mémoire de toutes les victimes du séisme ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.