GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Danse: Salia Sanou, les réfugiés, l’exil et la beauté

    media «Du désir d’horizons», spectacle conçu et chorégraphié par Salia Sanou. Christophe Péan

    Quand la beauté du geste relie les spectateurs avec les réfugiés, il y a l’espoir à l’horizon. Créer ce « Désir d’horizons » est au cœur de la nouvelle pièce du chorégraphe burkinabè Salia Sanou. Après avoir réalisé pendant des mois des ateliers de danse dans des camps de réfugiés, il a présenté le vendredi 22 septembre ses trouvailles avec sa troupe de danse à l’opéra de Limoges, aux Francophonies en Limousin. Une pièce profonde, touchée par la grâce de la création et acclamée par le public.

    Et le miracle eut lieu. Après le spectacle, les spectateurs, hommes et femmes, jeunes et âgés, sortent tous émerveillés : « Voir ces danseurs, c’est merveilleux. » « Cela a été gigantesque. » « La beauté des danseurs, les gestes, la chorégraphie, tout est fabuleux. »

    « Je voulais parler du bonheur »

    A la sortie de la salle, personne ne parle d’une pièce sur les réfugiés ou les camps. Et pourtant, c’était écrit partout dans le programme : pour la création, Salia Sanou a passé des mois avec des réfugiés maliens dans les camps au Burkina Faso pour s’imprégner des gestes et de l’énergie sur place. Pari réussi pour le chorégraphe burkinabè : « Oui, parce que j’ai vécu dans les camps. J’ai vu la misère, le chaos, la détresse, la violence… Et je ne voulais pas parler de ça dans mon spectacle. Moi, je voulais parler de l’avenir, du bonheur, du désir. Parce que les réfugiés rêvent d’ouvrir l’horizon et de construire une autre vie. »

    Sur scène, le récit nous emporte dès le premier instant. Le silence est absolu, habité par un mouvement total : dans la pénombre, une femme seule commence délicatement à bouger ses bras. On est loin des images de masses et des flux d’immigrés. Ici, tout commence avec un hommage : « Il faut rendre hommage aux femmes dans ces camps, déclare Salia Sanou. Ce sont elles qui tiennent la vie. Les hommes sont très violents et sombres. Donc, ce sont les femmes qui tiennent la famille et créent l’amour entre les gens. »

    Le face à face avec le public

    Est-ce que le théâtre est le bon endroit pour aborder le sujet des réfugiés ? Le public joue un rôle important dans le spectacle, mais lequel ? Pour approuver que la beauté des gestes l’emporte sur la tragédie et le chemin de croix ? Quand la danse avec des motocyclettes prend fin, les phares des véhicules se dirigent vers la salle : « Il y a ce face à face avec le public. Pour dire : nous sommes finalement tous des exilés, des immigrés. Même à l’intérieur de nous, il y a un exil intérieur. C’est une réalité et il ne faut pas la fuir ou bannir. On tend le miroir pour que le public se regarde. »

    Nous nous retrouvons liés aux réfugiés par la variation infinie des mouvements que nous admirons tant sur scène. Les exilés ont impulsé la création des gestes, des pas et des positions. « Dans les camps, l’état du corps m’a beaucoup frappé, comment les gens s’assoient, se tiennent la main, s’attrapent, se regardent. Ces postures ont été déterminantes pour le spectacle. »

    Découvrir son propre exil intérieur

    « Regarde le réel. Tu crois c’est une vie ? », résonne le texte de Nancy Houston en écho aux luttes pour la survie se déroulant sur scène. Grâce à l’impressionnante intelligence physique déployée par ses danseurs, Salia Sanou arrive à creuser, à occuper, à construire l’espace de l’exil sur scène. Pour le salut à la fin du spectacle, le chorégraphe vient lui-même sur le tapis de danse pour entamer les derniers pas ensemble. Il a tout mis en œuvre pour que chacun puisse découvrir son propre exil intérieur et pour créer un horizon commun. Magistral.

    Du désir d’horizons, spectacle conçu et chorégraphié par Salia Sanou, élaboré dans le cadre du programme Refugees on the move, après des ateliers de danse au sein du camp de réfugiés maliens de Sag-Nioniogo et de Mentao au Burkina Faso. Après les Francophonies en Limousin, le spectacle poursuit sa tournée en France et au Burkina Faso.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.