GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    «Sacrées Graines», quand le couscous pose des questions

    media Laurent Mareschal, « Beiti », installation, 2011 (réactivée pour l'exposition Sacrées Graines à l'Institut des Cultures d'Islam). Institut des Cultures d'Islam / Antoine Muller

    La semoule peut être bien plus qu'un simple ingrédient du couscous... À l'Institut des Cultures d'Islam, à Paris, l'exposition « Sacrées Graines » en témoigne. Treize artistes contemporains détournent la graine de son usage premier avec des œuvres qui soulèvent des questions sur l'immigration, la transmission, l'identité ou encore la place des femmes.

    Il faut tendre l'oreille pour entendre cette semoule de blé qui s'écoule dans cinq sabliers de près d'un mètre de haut... Une œuvre de Mehdi Georges Lalou. Elle marque le temps qui passe entre les cinq prières de l'Islam.

    Les gestes ancestraux

    La vidéaste marocaine Ymane Fakhir a filmé les mains de sa grand-mère triant le blé, égrainant la semoule, brisant un pain de sucre, et l'artiste interroge : qu'adviendra-t-il de ces gestes ancestraux ? Plus loin, un triptyque de Zoulikha Bouabdellah. La photographe d'origine algérienne se présente avec une couscoussière lui cachant les oreilles, puis la bouche, puis les yeux. Elle aussi semble interroger le spectateur qu'elle regarde fixement : qui suis-je ? Mon identité se réduit-elle au couscous ?

    Le potentiel plastique des graines

    C'était l'idée de l'exposition Sacrées Graines : montrer qu'à travers ce grand classique de l'alimentation méditerranéenne, bien des sujets de fond peuvent être abordés. Parmi les 13 artistes rassemblés, certains exploitent aussi à merveille le potentiel plastique de ces graines, semoules, épices... Comme Laurent Mareschal qui signe un vaste carrelage fait de curcuma, gingembre, poivre blanc, zaatar et sumac, une œuvre éphémère dans les tons jaune, rouge, vert et crème.

    Sacrées Graines, exposition à l'Institut des Cultures d'Islam, à Paris, jusqu’au 15 janvier.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.