GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    L’Afrique du Sud néocolonialiste?

    media Liesl Louw, chercheuse à l’Institut d’Etudes de Sécurité à Pretoria. tv5.org

    Liesl Louw est une des rares journalistes sud-africaines à avoir sillonné l’Afrique. Mieux encore, elle a vécu à Dakar. Elle en a tiré un livre alerte et drôle, Anderkant Timboektoe (De l’autre côté de Tombouctou), hélas non traduit en anglais. Cette année elle revient avec un ouvrage sur la diplomatie sud-africaine depuis l’avènement de la démocratie en 1994*. Elle pose d’emblée la question : l’Afrique du Sud joue-t-elle le rôle de grande puissance du continent ou verse-t-elle dans un néo-colonialisme de mauvais aloi ?

    Partout en Afrique, l’arrivée au pouvoir de Mandela a provoqué des espoirs immenses. Le continent pouvait s’enorgueillir d’un héros véritable, personnalité intègre autant que chef charismatique, ayant réussi une transition délicate. Aux yeux des Africains, l’ANC désormais aux manettes saurait remercier les pays qui avaient accueilli ses réfugiés et ses guérilleros.

    De fait, Mandela s’est montré reconnaissant envers tous ceux qui ont soutenu la lutte contre l’apartheid à une époque où peu de pays s’en souciaient : il s’est rendu officiellement en Algérie et en Libye.

    Très vite le grand homme est appelé comme médiateur dans plusieurs conflits. Son ministre adjoint aux Affaires étrangères, Aziz Pahad, est la figure active et discrète de la diplomatie sud-africaine. Thabo Mbeki tachera de lui donner du lustre en appelant à une Renaissance africaine. Il obtient des résultats dans l’approfondissement du rôle de l’Union africaine. En revanche les arbitrages dans les conflits connaissent des fortunes diverses.

    Le pays de Mandela jouissait il y a dix ans d’une bonne image. Liesl Louw se souvient d’avoir été bloquée à l’entrée de l’UA à Addis-Abeba, jusqu’à ce qu’un garde s’avise de sa nationalité. « Comme vous êtes sud-africaine, vous pouvez entrer. »

    Le prestige de l’Afrique du Sud décline après le départ de Mbeki. En proie à la crise, son appui financier devient modeste. Elle perd de son influence dans les négociations. Ses hommes d’affaires ont beau écumer les capitales, ses télévisions arroser le contient, ses produits s’imposer dans les supermarchés, son image se dégrade. La xénophobie ambiante en Afrique du Sud éclate au grand jour en 2008. Des descentes meurtrières font soixante victimes. Les communautés somaliennes, mozambicaines et nigérianes sont les plus durement touchées.

    En Centrafrique ses soldats se font massacrer. Ils ne parlaient pas un mot de français, alors que Paris propose depuis longtemps des professeurs à Pretoria.

    Jacob Zuma impose sa première épouse à la tête de l’Union africaine en 2012, à l’issue d’une opération à la hussarde, tordant le cou à la règle tacite qui veut que les cinq grands pays du continent s’abstiennent de briguer le poste.

    Alors que le Nigéria s’annonce comme la puissance économique en 2040, l’Afrique du Sud manque de vrais alliés sur le continent. La politique extérieure de Zuma pourrait se résumer à un seul objectif : se faire admettre au sein des pays émergents (Brésil, Russie Inde, Chine). L’ouverture vers la Chine semble la principale manœuvre réussie de la présidence Zuma sur la scène internationale.

    Minée par les copains et les coquins qui trustent les marchés publics (on parle de tenderpreuners à Pretoria) l’Afrique du Sud n’est plus un modèle pour ses voisins, conclut la journaliste.

    * Liesl Louw-Vaudran, South Africa : Super Power or Neocolonialist ? Tafelberg, 2016
     

    Retrouvez chaque mardi Le blog littéraire de Georges Lory.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.