GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Jean Nouvel: «Je suis un architecte qui fait du design»

    media L'architect et designer Jean Nouvel. Gaston Bergeret

    « Pour moi, un meuble est une petite architecture. » Sous le titre « Jean Nouvel, mes meubles d’architecte. Sens et essence », le musée des Arts décoratifs consacre une exposition au mobilier et aux objets de Jean Nouvel, l’un des rares architectes contemporains à avoir vu éditer plus de cent de ses créations depuis 1987.

    RFI : Le titre Mes meubles d’architecte, indique-t-il que c’est d’abord l’architecte qui dessine ? Avant le design, c’est l’architecte ?

    Jean Nouvel : Oui, c’est une position qui est en relation avec ce que je déclare depuis que je travaille sur le meuble, en expliquant que je ne suis pas un designer. Je suis un architecte qui fait du design. Parce que, actuellement, dans beaucoup de cas, le design tourne au stylisme, c’est-à-dire qu’il n’y a plus d’invention typologique, il n’y a pas souvent d’utilisation formidable du matériau. Donc, je pense aussi que la plupart des meubles qui sont jugés comme modernes aujourd’hui ont souvent 50 ou 60 ans et que ceux qui traversent le plus facilement les âges sont des objets qui ont été pensés par des architectes. Je trouve c’est logique, parce que pour moi, un meuble est une petite architecture.

    C’est quoi le meuble d’aujourd’hui ?

    Le meuble d’aujourd’hui, c’est un meuble qui sera un témoin d’époque.

    Fonctionnel ?

    Fonctionnel ou pas. Chaque meuble est une proposition, une architecture. Je pense que la fonction est un élément totalement surdimensionné par rapport au XXe siècle dans tous les domaines. Au nom du fonctionnalisme, on fait des choses absolument terrifiantes ! Dans l’irrationnel et dans ce qui est inexplicable, il y a toujours un charme formidable. Et l’art est une de ces définitions. C’est justement ce côté totalement mystérieux. Dès qu’on a fait le tour de quelque chose, ça ne nous intéresse plus. Or avec la fonction, on fait très vite le tour de ça. Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire des choses qui ne sont pas fonctionnelles, mais ça veut dire que la fonction seule ou la fonction comme but, c’est un but très court.

    Quand on se déplace dans votre exposition, il y a beaucoup de poésie. Parlez-nous de cette lampe extraordinaire, inspirée d’une bouteille de cognac.

    En fait, c’est comme un œuf, aux couleurs du cognac, avec une couleur de lumière très ombrée. Sur cela tombe une lampe télescopique qui est chromée et qui vient toucher presque cet œuf, qui est posée comme ça - un peu comme les œufs d’Alien -et qui vient donc mettre une lumière très blanche là-dessus et qui se transforme en lumière très chaude.

    Jean Nouvel : “Table au km”, 2011. Edition Gagosian Gallery & Galerie Patrick Seguin. Thierry Depagne

    Vous avez vous-même conçu la scénographie de cette exposition dont vous avez choisi de mettre vos meubles dans les espaces de la collection du musée. Parlez-nous de cette « Table au kilomètre », une table très longue en bois, très dépouillée…

    C’est une table longue, étroite. Je suis pour les tables souvent étroites parce que ça permet de se parler facilement alors que dans les restaurants quand on a des tables de 1,20 ou de 1,30 mètre, avec le bruit qu’il y a autour, on ne peut pas se parler. J’aime bien les tables longues aussi parce qu’on peut avoir différentes choses qui restent dessus. On peut travailler et manger à côté, en gardant ce qui est là. Ce n’est pas une table mono fonction, c’est une table plurifonctionnelle.

    Et vous l’avez placée où dans le musée ?

    Je l’ai placée dans la salle des Retables, architecture moyenâgeuse et religieuse. Et je l’ai placée comme l’axe central d’une nef qui aboutirait à l’autel et au retable. Ce qu’il faut dire de cette table, celle qui est là fait 8 mètres déjà. C’est une table très grande. Et il y a juste quelques pieds, le minimum de pieds. Et on se dit, comment est-ce possible, une chose pareille ? On la voit très massive et en fait, c’est une table qui est faite comme un pont. Elle est post-contrainte c’est-à-dire il y a des tiges d’acier qui sont dedans, qui traversent, un peu comme une brochette, et de chaque côté, vous vissez très fort et vous comprimez les pièces comme ça. C’est d’une solidité à toute épreuve. On peut monter à cinquante personnes dessus. Les grands ponts qui traversent les grands fleuves sont faits comme ça, à une autre échelle évidemment.

    Donc un vrai meuble d’architecte ?

    Un meuble d’architecte, mais les meubles sont des petites architectures, je le rappelle.

    Jean Nouvel, mes meubles d’architecte. Sens et essence, exposition au musée des Arts décoratifs à Paris, jusqu’au 12 février 2017.

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.