GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
Jeudi 27 Avril
Vendredi 28 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 30 Avril
Lundi 1 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Louant l'ex-candidat souverainiste pour son soutien et se disant «fière de cette alliance» pour «défendre main dans la main un projet commun» en vue du second tour, Marine Le Pen a déclaré ce samedi : «Présidente de la République, je nommerai Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre de la France». La candidate du Front national opposée à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle a fait cette annonce lors d'une déclaration à la presse en compagnie de son nouvel allié.

    France

    L'écrivain Andreï Makine entre à l'Académie Française

    media L'écrivain russe, Andreï Makine, dans la bibliothèque de l'Académie Française le jeudi 15 décembre 2016. PATRICK KOVARIK / AFP

    Elu depuis plusieurs mois, c'est ce jeudi 15 décembre qu'Andreï Makine a fait son entrée officielle à l'Académie Française. Né en Sibérie il y a 59 ans, installé en France depuis 1987, l'auteur du célèbre roman « Le testament français » primé par le Goncourt incarne la francophilie et francophonie qui ne cessent enrichir la langue de Molière.

    Andréi Makine, grand, élégant, le regard perçant porte avec beaucoup de panache son nouvel habit d'Académicien. Un costume vert comme le veut la tradition, créé sur mesure ici par le styliste italien Giorgio Armani, avec à la ceinture une épée, œuvre du joailler suisse Chopard et au cœur du pommeau de cette arme symbolique : une grenouille incarnation du conte populaire russe « La tsarine grenouille ».

    L'écrivain n'a pas oublié ses origines et il a d'emblée commencé son discours avec la francophilie de ses illustres ainés Pierre le Grand et Catherine de Russie.

    Après la littérature et les liens si forts entre les écrivains classiques de nos deux pays, après quelques réflexions très fermes sur la politique contemporaine, et un hommage à celle à qui il succède à ce siège numéro 5, Assia Djebar, il a bien sur évoqué la figure de celle qui l'a élevé lui petit orphelin sibérien : sa grand-mère qui lui a inculqué cette passion de la langue française dans laquelle il a écrit tous ses romans et ses essais.

    Ce jeudi 15 décembre, c'est cette langue qui l’a remercié en l'accueillant au sein de son écrin : l'Académie française.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.