GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    «Assassin’s Creed» joue au cinéma

    media Michael Fassbender dans «Assassin’s Creed», réalisé par Justin Kurzel. Twentieth Century Fox

    Le film réalisé par l'Australien Justin Kurzel sort ce mercredi 21 décembre dans les salles en France. C’est l’adaptation cinématographique de « Assassin’s Creed », l’un des produits les plus emblématiques de l’univers des jeux vidéo. Ce secteur a dépassé depuis longtemps l’industrie cinématographique en termes de chiffres d’affaires. Depuis sa création en 2007, les neuf épisodes du jeu vidéo phare d’Ubisoft se sont vendus à plus de 100 millions d’exemplaires. Avec son premier film, l’éditeur breton cherche à conquérir un nouveau public et à donner un nouveau souffle à son jeu vidéo.

    « Rappelle-toi : rien n’est vrai, tout est permis, nous sommes les Assassins ». Le credo de l’ordre des Assasins se résume à sacrifier sa vie pour protéger la liberté et la Pomme d’Eden, l’objet culte qui enferme les graines du libre arbitre de l’Humanité.

    L’aventure commence avec une plongée vertigineuse dans le temps. La chute libre s’arrête en 1492, l’année où Christophe Colomb « découvre » le Nouveau Monde. Dans une Espagne terrorisée par l’Inquisition, les membres de l’ordre des Assassins sont massacrés par les Templiers.

    Éradiquer la racine du mal

    Dans le film, on n’a pas de temps à perdre. Expédié illico dans l’année 1986, on se retrouve au Mexique où une mère est assassinée par son mari devant son propre fils. Trente ans plus tard, le 21 octobre 2016, un homme est exécuté dans un pénitentiaire aux États-Unis. Mais, au lieu de se retrouver en enfer, Callum Lynch se réveille à côté d’une scientifique mystérieuse, Sophie Rikkin, campée par Marion Cotillard. Elle lui explique l’avoir ressuscité pour des recherches à des fins humanitaires : trouver la racine du mal et de l’éradiquer…

    On a compris, elle aussi est à la recherche de la Pomme d’Eden et met tout en œuvre pour y arriver. Callum est le dernier descendant de l’Assassin Aguilar qui était au XVe siècle en possession du Graal de l’humanité. Cal sera son cobaye, son médium pour accéder au destin de l’être humain. Ligoté et branché sur l’Animus, la machine à remonter le temps à travers de la « mémoire génétique » d’une filiation familiale, Cal nous fait vivre les combats de ses aînés pour retrouver la clé du libre arbitre.

    L’esprit d’acier de Michael Fassbender et la beauté glacée de Marion Cotillard

    La caméra se perd parfois entre cadrage vidéo à 360 degrés et des grands plans pour capter l’esprit d’acier de Michael Fassbender ou la beauté glacée de Marion Cotillard. Avec des scènes psychédéliques basculant de temps en temps dans le film d’horreur, Assassin’s Creed oscille entre les ingrédients du jeu vidéo et du thriller cinématographique : dotée de sa célèbre lame secrète, l’Assassin Michael Fassbender assure les actions du combat, Marion Cotillard, plus portée sur l’introspection psychologique, distille la tension propre à la démesure d’une scientifique devenue une sorte de Dieu moderne.

    Michael Fassbender et Marion Cotillard dans «Assassin’s Creed», réalisé par Justin Kurzel. 20th Century Fox

    Au-delà du divertissement procuré, reste la question des valeurs transmises par le film. Promues au nom de la liberté, les philosophies à l’œuvre obéissent à une logique aussi binaire et totalitaire que beaucoup d’autres jeux vidéo et films. Leur point commun : ils disposent tous de camps de rééducation pour le perfectionnement de l’Humanité comme Le Labyrinthe avec la mystérieuse et puissante organisation Wicked ou Hunger Games sous le règne d’un puissant gouvernement répressif, le Capitale. Dans Assassin’s Creed, la violence est considérée comme le seul moyen pour pouvoir éradiquer le Mal. Les pulsions criminelles sont censées être héréditaires : tel père, tel fils, l’esprit meurtrier se transmet à travers des siècles… En attendant, Sophie Rikkin et son père Alan (Jeremy Irons) de l’organisation Abstergo, en dignes successeurs du Docteur Frankenstein et au service de la Grande Loge des Templiers, essaient de prendre possession du code génétique pour dominer le monde.

    Un mode « actif » ou « passif » ?

    À qui s’adresse cette histoire portée sur grand écran ? Probablement à tous ceux qui n’ont jamais joué le jeu. Car, dans une salle de cinéma, le gamer ne dirige plus personne. Aucune interaction n’est possible. Pas de question non plus de changer les profils en « actif » ou « passif ». Il est littéralement dépossédé de son jeu, doit réapprendre à s’orienter dans un monde ouvert conçu par un réalisateur et avec Michael Fassbender, Marion Cotillard et Jeremy Irons aux manettes. Des stars du cinéma qu’aucun spectateur ne peut modeler à sa guise. Ainsi, le gameplay non-linéaire se transforme en récit simplement ficelé et des personnages plutôt plats, avec des sauts spectaculaires dans le temps et dans l’espace, mais sans l’option de vivre des séquences personnalisées d’infiltration, sans parler du mode multijoueur…

    Tourné à Londres, à Malte et en Espagne, le film reste dans le registre de l’action-aventure et joue avec les mêmes registres que le jeu vidéo Assassin’s Creed avec ses mythologies, ses combats sans fin, le Sens de l’Aigle pour s’orienter et son expérience d’un monde hostile divisé en deux clans : les méchants Templiers contre les braves Assassins. La musique de Jed Kurzel, hélas, reste un peu trop efficace pour être intéressante et se contente d’amplifier les scènes d’action sans élargir le propos.

    Le « saut de la foi » d’Ubisoft Motion Pictures
     
    Les exploits des cascadeurs et funambules s’imposent comme le grand point positif du récit cinématographique. Ils donnent du piment au scénario avec leurs sauts impossibles, leurs courses poursuites sur les toits de Grenade ou le fameux « saut de la foi ».

    Avec sa première production cinématographique, Ubisoft Motion Pictures, la nouvelle division cinéma de l’éditeur breton, élargit une stratégie déjà bien entamée avec la publication de livres et de bande dessinées, mais aussi d’une ligne de vêtements et la création de courts métrages autour de l’univers de son jeu vidéo culte. Sans oublier ses fidèles gamers : le prochain épisode d’Assassin’s Creed sera situé en Egypte et sortira en 2017.

    Michael Fassbender dans «Assassin’s Creed», réalisé par Justin Kurzel. 20th Century Fox

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.