GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Trente-neuf corps ont été découverts dans un camion, dans la nuit de mardi à mercredi, à Grays, dans l'Essex, à l'est de Londres. Le chauffeur, originaire d'Irlande du Nord et âgé de 25 ans, a été arrêté pour meurtre, a annoncé mercredi matin la police britannique. Selon les premiers éléments de l'enquête, le camion venait de Bulgarie et était entré au Royaume-Uni le 19 octobre à Holyhead, port situé sur la côte ouest de l'Angleterre.

    France

    Château de Versailles: l’art de la fête en XXL

    media Vue de la reconstitution du costume d’If de Louis XV au bal masqué donné dans la Grande Galerie du Château de Versailles en 1745, d’après le Sieur Ducreux. Siegfried Forster / RFI

    Versailles a longtemps été synonyme de fêtes grandioses. À l’époque de Louis XIV, la cour avait envie de rire. Et tout divertissement était politique. Avec des techniques d’immersion et de reconstitution inédites en 3D, la grande exposition érudite et joyeuse « Fêtes et divertissements à la cour » nous fait découvrir l’étendue et la diversité de tous ces amusements offerts aux courtisans. Et nous renseigne aussi sur notre société de spectacle d’aujourd’hui.

    Noël au château de Versailles

    Vous rêvez de fêter Noël comme un roi au château de Versailles ? « Vous serez très déçu, prévient Philippe Hourcade, spécialiste de l’histoire du château de Versailles. C’étaient des fêtes purement religieuses. À Noël, il y avait la célébration des trois messes : la messe de minuit, la messe de l’aurore, la messe du matin, mais sans plus ! Le jour de l’An, il y avait les étrennes, mais ce n’était pas non plus objet d’une cérémonie particulière. »

    « Non, il n’y avait pas d’arbre de Noël au milieu de la galerie de Glaces, confirme aussi Patrick Hourcade, le directeur artistique et scénographe de l’exposition, avant de faire une allusion au costume d’If montré dans l’exposition : un « arbre » de trois mètres de haut porté par le roi lui-même au bal masqué donné dans la Grande Galerie en 1745. On avait Louis XV déguisé lui-même en arbre qui déambulait pour chercher la Pompadour. Les fêtes religieuses étaient plutôt des moments d’austérité. On n’allait pas voir la favorite ce jour-là [rires]… »

    Le divertissement, ce plaisir qui guérit de l’ennui

    L’exposition nous invite à vivre, à voir, à entendre ou à pratiquer les plaisirs de l’époque. Le divertissement, c’est ce plaisir qui guérit de l’ennui. Pour cela, on « revêt » l’habit du courtisan, adapte son point de vue. Chaque salle de l’exposition est une exposition en soi faisant renaître la vie d’antan : la chasse, les carrousels, la comédie, les concerts, la promenade. Il y avait aussi les jeux comme le tric-trac, cet ancêtre du backgammon adopté par le roi, la ramasse, une luge rapide, ou les jeux d’argent : « On jouait tous les soirs et on perdait parfois des fortunes au jeu », révèle Catherine Pégard, l’actuelle présidente du château de Versailles. À l’époque, il n’y avait rien de mieux pour achever les réjouissances qu’un bal. La danse de fête par excellence à la cour de Versailles était le menuet, affirme Mickaël Bouffard, lui-même danseur, chorégraphe et chercheur invité à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra :

    « C’était la danse la plus populaire de la deuxième moitié du XVIIe siècle et de tout le XVIIIe siècle, parce que c’était une danse qui pouvait être improvisée, sur un canevas. Il y avait des figures obligées, mais il y avait une certaine liberté. Quant à Louis XIV, dans les ballets, il dansait avec des professionnels de la danse ou avec des courtisans. Au bal, il pouvait danser avec la reine. Au bal sérieux, on dansait à l’ordre hiérarchique. Donc le roi ouvrait, avec le premier menuet, ensuite la reine allait danser avec le premier prince de sang, etc. Uniquement au ballet, le roi dansait seul, quand il y avait un solo. »

    Château de Versailles : Fêtes et divertissements à la cour. Les Iffes, dansé par le roi au mariage de Mr. le dauphin. Papillon, maître de danse à Versailles, vers 1745. Siegfried Forster / RFI

    Regarder des danses disparues

    Des danses aujourd’hui disparues, mais reconstituées dans l’exposition donnent l’idée la plus avancée de ce qui était la danse à la cour de Versailles : à quel tempo, avec quel bras et avec quel pas on dansait. Dans d’autres domaines, les experts ont restitué à partir d’une imagerie abondante et très précise comme des gravures, des dessins ou des tableaux, par exemple le déroulement scénographique exact d’événements historiques ou de lieux du divertissement. Le plus ancien décor de théâtre à l’italienne au monde, au temple de Minerve, a été entièrement restauré pour l’exposition.

    Autre surprise : « On se comportait parfois très mal devant le roi, raconte Patrick Hourcade. Lors des pique-niques dans la galerie des Glaces, ils sont par terre en train de servir du vin rouge. Le roi était bousculé pendant ses promenades. On pouvait toucher le roi et il fallait qu’il se débrouille au milieu de tout cela. »

    La comédie, trois fois par semaine

    Même Béatrix Saule, directeur-conservateur général du château de Versailles et commissaire générale de l’exposition, avoue d’avoir encore appris des choses en préparant l’exposition : « A la cour, il y avait trois fois par semaine une comédie au programme, on donnait un ou deux actes de tragédies, et ensuite, il y avait toujours une comédie ou un opéra-comique ou une pièce plus facile. La cour avait envie de rire. Ce n’est pas une cour guindée, c’est une cour qui aime s’amuser. Elle a besoin d’avoir de grand air, donc la chasse, les promenades, les exercices du corps : la danse, la paume… Donc il y a ce côté d’extrêmement réglé, du fait de l’étiquette et des cérémonies, et en même temps, il y a de vrais divertissements, de vrais amusements, de vraies réjouissances. »

    L’ambiance du château lui-même, des constructions grandeur nature, des douches sonores, des écrans et des restitutions 3D nous immergent dans la vie de la Cour et au cœur de la fête. Pour Béatrix Saule, les deux fêtes les plus vastes jamais organisées à Versailles sont « celle de 1674, la troisième et dernière grande fête de Louis XIV à Versailles. Et, près d’un siècle plus tard, en 1770, la fête donnée pour le mariage du futur Louis XVI avec l’archiduchesse Marie-Antoinette. Là, on commence avec une illumination complète du parc en trois minutes, grâce à un nouveau système de mèches communicantes qui a été mis au point par les savants de l’Académie des sciences. En trois minutes, tout le parc est entièrement illuminé ! »

    Château de Versailles : Bal masqué donné pour le Dauphin, Charles Nicolas Cochin le Jeune, vers 1745. Encre brune, rehauts de blanc, aquarelle avec lavis gris, plume. RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michèle Bellot

    Divertir pour régner

    Sans oublier la règle d’or : divertir pour régner. À Versailles, le divertissement est profondément politique et entièrement intégré dans l’exercice du pouvoir : « Il ne faut pas opposer exercice de pouvoir et divertissement. Les grandes fêtes sont organisées pour associer le royaume et aussi étonner l’Europe, le peuple est admis. Le but des divertissements ordinaires est de faire en sorte que la cour soit attirée, qu’elle reste et qu’elle fréquente Versailles. »

    L’art du divertissement et de l’amusement permanent caractérise aussi notre époque actuelle. Est-ce que la société de la France actuelle obéit aux mêmes règles qu’au temps de Louis XIV ? « Aujourd’hui, la politique du divertissement est plutôt faite pour divertir au sens de détourner, c’est-à-dire de détourner de vrais problèmes. Sous les rois, cela n’a pas été dans cette idée-là. Sous Louis XIV, c’était dans l’idée de servir le prestige du roi. Il y avait aussi un aspect économique. Colbert était déjà tout à fait conscient : les divertissements, c’est du travail pour beaucoup du monde et cela va attirer des étrangers dans le royaume. »

    Les fêtes uniques de Versailles

    Louis XIV rêvait d’une grande salle de spectacle, mais pour des raisons financières, il a dû arrêter le chantier. Conséquence : tout le domaine du château pouvait se transformer en lieu d’un spectacle : « L’absence d’une salle de spectacle pérenne, construite et utilisée, a évidemment incité à créer des lieux qu’on pouvait transformer, remarque Jérôme de La Gorce, un des trois commissaires de l’exposition. Ça, c’est quelque chose très versaillais qu’on ne trouve pas ailleurs. »

    Pour le scénographe Patrick Hourcade, les fêtes de Versailles restent uniques dans l’histoire de France : « Il y avait une extraordinaire panoplie, un échantillon d’imagination et de provocations par rapport aux fêtes. Je vois mal aujourd’hui une production, même au niveau étatique, reprendre tout cela. Quand on a demandé à Jean-Paul Goude de faire le défilé du bicentenaire de la Révolution française, c’était un petit clin d’œil à cet art total du divertissement. »

    Château de Versailles : Traîneau « au léopard », vers 1730-40, bois sculpté et peint, cuir, fer et velours de soie. Siegfried Forster / RFI

    Fêtes et divertissements à la cour, exposition au château de Versailles, jusqu’au 26 mars 2017.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.