GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    La Côte d’Ivoire lance «La Collection fantôme» pour protéger des œuvres

    media Image d’une des œuvres volées au musée des civilisations de Côte d’Ivoire lors de la présentation du projet pour la « protection et la conservation » des œuvres culturelles, intitulé « La Collection fantôme ». Sia KAMBOU / AFP

    Le musée des civilisations de Côte d'Ivoire a lancé mercredi 4 janvier à Abidjan un projet pour la « protection et la conservation » des œuvres culturelles, intitulé « La Collection fantôme », suite au pillage du musée lors de la crise postélectorale (2010-2011).

    « Le musée des civilisations a perdu près d'une centaine de pièces de sa collection, des pièces jugées majeures » qui ont été dérobées pendant la crise postélectorale, a déploré Mme Sylvie Mémel Kassi, la directrice de l'institution.

    Au nombre des objets volés figuraient des « bijoux royaux, des masques, des sculptures, des parures et des objets d'arts religieux traditionnels, dont certains dataient du XVIIe siècle », selon un décompte du musée, situé dans le quartier administratif et des affaires du Plateau.

    Des images des pièces volées ont été présentées au cours de la cérémonie. « La Collection fantôme » se veut comme « un ensemble de réponses au questionnement que soulève le phénomène du trafic illicite des biens culturels », a expliqué Mme Mémel Kassi.

    La symbolique des œuvres perdues

    Pour le lancement de la « collection fantôme », des présentoirs vides ont été installés dans la cour du musée, où plusieurs artistes ont installé leur chevalet pour peindre des œuvres sur la thématique de « la préservation des biens culturels, du rôle du musée, mais aussi sur la symbolique des œuvres perdues et leur rapport au sacré », a-t-elle expliqué.

    Plusieurs artistes ont donc été sollicités pour réaliser une « collection contemporaine, patrimoniale, muséale » qui à terme doit « côtoyer des pièces de la collection du musée », a souligné Zoé Noël, l'une des promotrices du projet. Toutes ces œuvres seront présentées lors de la grande exposition de la « Collection fantôme » au Musée des Civilisations à Abidjan à l'automne 2017, selon la directrice du musée.

    Cette exposition, indiquent ses promoteurs, fera également le tour de musées de la sous-région et du monde touchés également par les crises comme au Mali, Rwanda, Sarajevo, Le Caire, etc.

    ► Lire aussi : Icom: la liste rouge ouest-africaine des biens culturels en péril, rfi 16/12/2016
    ► Lire aussi : Le Grand Palais fait renaître les «Sites éternels, de Bâmiyân à Palmyre» rfi 13/12/2016
    ► Lire aussi : Iconem: «Créer une mémoire de l’humanité» pour le patrimoine en danger rfi 16/12/2016

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.