GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Aujourd'hui
Lundi 29 Mai
Mardi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Au classement final, Tom Dumoulin a battu le Colombien Nairo Quintana (2e), l'Italien Vincenzo Nibali (3e) et le Français Thibaut Pinot (4e). La dernière étape, un contre-la-montre entre Monza et Milan, est revenue à un autre Néerlandais, Jos van Emden.

    Amériques

    Raoul Peck: «contre les populismes, revenir aux fondamentaux»

    media Le réalisateur haïtien Raoul Peck. DR/www.lescinemasdumonde.com

    Le film fait l’effet d’un électrochoc dans l’Amérique de Donald Trump et du mouvement Black Lives Matter. Je ne suis pas votre nègre («I'm not your negro»), le documentaire de Raoul Peck, a été présenté le 15 février à la Berlinale, le festival du film de Berlin. Le réalisateur haïtien, par ailleurs ancien ministre de la Culture d’Haïti, met des images sur les mots de l’écrivain noir américain James Baldwin (1924-1987). Je ne suis pas votre nègre, porté par la voix de Samuel L. Jackson en version originale et de Joey Starr dans la version française, est en lice pour les Oscars, qui seront décernés le 26 février prochain à Los Angeles.

    De notre envoyé spécial à Berlin,

    RFI : A la fin des années 1970, James Baldwin entreprend de raconter l’histoire des États-Unis à travers les figures des trois leaders assassinés, Medgar Evers, Martin Luther King et Malcolm X. Il en reste trente pages de notes seulement. C’est cela que vous mettez en images dans ce documentaire. On a l’impression en le voyant qu’il était de plus en plus urgent de le tourner pour vous.

    Raoul Peck : Oui, quand j’ai décidé de lancer ce projet il y a un peu plus de dix ans, c’est parce que justement, je sentais autour de moi la montée de cette confusion actuelle, la montée de l’ignorance, la remontée du populisme, et j’ai eu envie de revenir à ce que j’appelle les fondamentaux. Baldwin est pour moi un de ces personnages qui ont compté, qui ont changé ma vie.

    J’ai lu Baldwin très tôt, lorsque j’avais 17 ou 18 ans. J’ai lu The Fire Next Time , (« La prochaine fois, le feu ») qui est un livre qui m’a changé, m’a ébranlé et m’a permis de continuer à suivre Baldwin et à le considérer comme non seulement un grand écrivain, mais également un grand philosophe, un grand politologue et quelqu’un qui a toujours eu un regard percutant sur notre réalité et aussi qui nous livre les instruments avec lesquels on peut se battre.

    Les mots de Baldwin, effectivement, ont l’air d’avoir été écrits hier, voire même aujourd’hui. Je citerai juste un passage sur les Etats-Unis : « Ce pays ne sait que faire de sa population noire et une partie ne rêve que de solutions finales ». Quand on sait que le Ku Klux Klan a soutenu Donald Trump, on a l’impression que ces mots prennent encore plus de sens aujourd’hui.

    James Baldwin (au centre). Courtesy Magnolia Pictures/Dan Budnik

    Oui, bien entendu. On est dans le plus profond de cette Amérique illusoire, qui pense qu’on peut construire un rêve sur deux génocides et qui continue à nier sa propre histoire. Et Baldwin nous dit justement qu’il n’y a pas d’histoire différente. On est la même histoire. On est une longue chaîne d’histoires.

    Depuis la révolte des esclaves en Haïti, qui crée une nation, jusqu’à Donald Trump, c’est la même histoire. Les colonisations en Afrique, c’est la même histoire. La guerre en Iran, la guerre en Irak, la guerre en Syrie, c’est la même histoire. Les réfugiés qui cherchent la vie en Europe comme en Amérique, c’est la même histoire. Les sociétés occidentales continuent à se fermer les yeux, à élever des murs en croyant qu’elles vont se protéger de leur propre histoire, c’est ça qui est tragique. Et des gens comme Baldwin nous aident à remettre les pieds sur terre.

    C’est pour ça que par exemple Baldwin peut être un exemple pour les jeunes du mouvement Black Lives Matter aux États-Unis ? Penser mais agir aussi ?

    Surtout les mots de Bladwin. Parce que Baldwin nous dit une chose importante – d’ailleurs il ne le dit pas aux Noirs, il le dit à tout le monde et en particulier aux Blancs : « les problèmes que nous traversons, ce sont vos problèmes en majorité. Nous n’avons pas inventé l’esclavage, nous n’avons pas inventé le racisme ; C’est vous. Donc prenez vos responsabilités. »

    Donc Black Lives Matter, c’est une aberration de laisser ces jeunes Noirs et Blancs résoudre seuls ces problèmes. Et tout le reste de la population, en bonne conscience, est assis sur son sofa, regarde la télévision et de temps en temps fait un tweet de solidarité. C’est trop facile.

    Baldwin, ce qu’il dit, c’est : « confrontez-vous avec votre propre histoire. Et le futur, on ne sait pas ce que ça va être. » La seule chose qu’il dit c’est que si vous, vous ne faites rien - et quand il dit « vous », il parle de la majorité des gens qui sont silencieux et qui pensent qu'ils vont être encore protégés et qu’ils ne sont pas en danger. Ils sont en danger. Ils sont tellement en danger qu’une partie d’entre eux voteront. Ou une partie d’entre eux vote Le Pen en France. Et le film vous met devant cette réalité. C’est que vous êtes responsable de votre propre histoire, qui que vous soyez, de quel côté que vous soyez. Le futur sera ce que nous aurons collectivement décidé qu’il soit.

    Je ne suis pas votre nègre
    est en lice pour les Oscars, le film est sorti aux Etats-Unis il y a quelques jours. Quels sont les premiers échos que vous avez de la sortie américaine ?

    La sortie américaine est exceptionnelle. Nous battons tous les records pour un documentaire aux Etats-Unis. J’ai eu des discussions à chaque fois avec des publics d’ailleurs mélangés, Blancs et Noirs, qui pour une grande part disent que le film est en train de changer leur vie parce qu’ils se rendent compte qu’ils se sont endormis pendant toutes ces années.


    ►Entretien à écouter dans Le Rendez-vous des Amériques et d'Haïti vendredi 17 février  à 13h10 TU

    ►Je ne suis pas votre nègre sera diffusé sur la chaîne de télévision franco-allemande Arte dans les mois à venir.

    Courtesy Magnolia Pictures

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.