GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Fespaco 2017: une cérémonie d'ouverture aux accents politiques

    media Le chanteur ivoirien Alpha Blondy était le point d'orgue de la cérémonie d'ouverture du 25e Fespaco, le 25 février 2017. ISSOUF SANOGO / AFP

    Le Fespaco, le festival panafricain de cinéma et de l'audiovisuel, s'est ouvert samedi 25 février à Ouagadougou. Comme tous les deux ans depuis 1969, la capitale burkinabè attire les regards du monde entier en célébrant le 7e art du continent et de la diaspora. C'est le second Fespaco depuis la révolution de 2014, et le premier depuis le sanglant attentat terroriste de l'an dernier. Cette cérémonie s'est donc tenue sous haute sécurité, mais aussi sous le signe du renouveau politique.

    Avec nos envoyées spéciales à OuagadougouElisabeth Lequeret et Sophie Torlotin

    « Mesdames et messieurs, pour ce rendez-vous 25 du Fespaco, voici Alphaaaaaaaa Blondy ! » Alpha Blondy, le chantre de Sankara et de Norbert Zongo, chantant « Ouaga rack », une composition spéciale devant des dizaines de milliers de festivaliers galvanisés.

    Alpha Blondy, point d'orgue d'une cérémonie d'ouverture où la politique se disait autant en discours qu'en musique, avec le rappeur et militant politique Smockey, par exemple.

    Ce Fespaco sera-t-il donc celui du renouveau ? C'est en tout cas ce qu'espère Tahirou Barry le ministre burkinabè de la Culture, avec un discours citant Sankara, et célébrant les valeurs républicaines et le cinéma.

    « Bienvenu au pays du peuple insurgé, du 30 et 31 octobre 2014, qui a su briser, au prix de mille sacrifices, les chaînes de l’esclavage de tous ordres et qui entend marcher fièrement vers le champ lumineux de la liberté et des valeurs républicaines. »

    Tahirou Barry chaudement applaudi, de même que le maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, exprimant son désir que le festival retrouve le lustre des années 1980. Son souhait sera-t-il exaucé ? On le saura au terme de ces 8 jours de festival.

    Nous sommes vraiment contents d’avoir les Africains, les Européens dans notre pays. Nous sommes heureux et on leur souhaite la bienvenue.

    Une ambiance à la fête pour un Fespaco sous le signe du renouveau

    Reportage à Ouagadougou.

    25/02/2017 - par Sophie Torlotin Écouter

    A (re)lireAu Fespaco, l'Afrique muscle plus que son cinéma

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.