GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Moldavie se dote d'un gouvernement pro-russe minoritaire deux jours après la chute d'un cabinet pro-européen
    • Koweït: le Premier ministre a présenté jeudi la démission de son gouvernement à l'émir (porte-parole)
    • Le prix Goncourt des lycéens attribué à Karine Tuil pour «Les choses humaines»
    • Incendies sur la côte est de l'Australie: quatre morts, selon un dernier bilan établi par la police
    • Israël déclare avoir tué dans la nuit un commandant du Jihad islamique lors d'une frappe sur Gaza
    • Hong Kong: le «Global Times» supprime son tweet annonçant un couvre-feu imminent
    Afrique

    Fespaco: des films engagés dans les problématiques de l’Afrique

    media L’affiche de «L’Orage africain - un continent sous influence», réalisé par le Béninois Sylvestre Amoussou. Fespaco

    A Ouagadougou se tient en ce moment le 25e Fespaco, le plus grand festival de cinéma africain du monde. 150 films sont présentés et, parmi eux, vingt sont en lice pour l'Etalon de Yennenga, le grand prix. Nombre de ces productions se penchent sur les maux de l'Afrique, de façon directe ou détournée.

    Quand l'Afrique se filme, elle pose la caméra là où ça fait mal. Sur les violences policières par exemple, dans Innocent Malgré tout, de Kouamé Jean de Dieu Konan, un ramasseur d'ordures d'Abidjan est injustement accusé du meurtre de la fille d'un ministre.

    Dans La forêt du Niolo d'Adama Roamba, l'un des trois films burkinabè en compétition, c'est la rapacité des dirigeants africains qui est pointée : un ministre est prêt à ravager toute une région et à risquer une catastrophe écologique, pour en vendre le sous-sol regorgeant de gaz naturel aux Chinois.

    Dans l'Orage africain, de Sylvestre Amoussou, ce sont les Français qui en prennent pour leur grade : dans la République imaginaire du Tangara, le président nationalise les multinationales qui exploitent pétrole, gaz naturel et coltan. Fureur des Occidentaux, qui complotent pour le renverser et n'hésitent pas à déclencher une guerre civile. L'Orage africain est un brûlot, une charge sans nuance, mais il ne manque pas d'efficacité. Comme tous les autres films manifestes de ce 25e Fespaco, il a été chaleureusement applaudi par le public.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.