GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mars
Jeudi 23 Mars
Vendredi 24 Mars
Samedi 25 Mars
Aujourd'hui
Lundi 27 Mars
Mardi 28 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Pas de blessure, pas d’histoire

    media Denis Hirson, écrivain, traducteur. Extraits du recueil de poèmes «Pas de blessures, pas d’histoire (revue Bacchanales n° 50, 2013) », traduit en français sous la direction de Denis Hirson. unicaen.fr

    Denis Hirson auteur à qui l’on doit une excellente Anthologie de la poésie sud-africaine en 1998, a poursuivi son œuvre de bénédictin avec une collecte de poèmes récents, composés entre 1996 à 2013. Pourquoi ces dates curieuses ? Les auditions de la Commission Vérité et Réconciliation commencent en 1996 : le pays se lance dans une introspection douloureuse. En 2013, la Biennale des poètes en Val-de-Marne invitait quatorze poètes sud-africains. Mandela s’éteignait en fin d’année, fermant une page dans l’histoire du pays.

    Rassembler des poètes dans un pays qui compte onze langues officielles est une gageure. Car si le rouleau compresseur de l’anglais est bel et bien en marche dans la vie quotidienne et dans la vie scolaire, la poésie, au plus près des sentiments, a allumé quelques contrefeux. Plus précisément, d’après les compétitions de poètes, accueillies par l’Alliance française de Johannesburg, les jeunes auteurs privilégient un mélange de plusieurs langues, auquel s’ajoute l’isicamtho « l’argot omniprésent des townships ».

    Dans ces conditions, constate Denis Hirson, il est difficile de dégager une évolution générale de la poésie sud-africaine. Elle demeure partagée entre histoires personnelles et grands élans collectifs.

    Plusieurs poètes seront à l’honneur dans des billets ultérieurs. Pas de blessure, pas d’histoire, titre tiré d’un poème de Denis Hirson, offre un florilège de textes forts, dont voici, à la volée et de façon subjective, quelques extraits.

    Mxolisi Nyezwa, (1967), petit commerçant privé d’études, célèbre pour son poème « Je voudrais être assistant en fac », dans un style plus désespéré.
    Mes poèmes ne m’en parlez pas
    Car dans mon pays je vous le dis on assassine les gens
    Et leur mort arrive lentement comme une maladie
    Comme quand on frappe en vain
    Sur un ciel vide.

    Karen Press (1956), militante toujours fidèle à son idéal de justice.
    Nous savons tous ce que ça veut dire,
    l’arrivée dans une ville d’un jeune daim
    sans peur, immobile sur la route.
    tandis que les voitures filent vers lui.

    Keorapetse Kgositsile (1938) longtemps exilé au Botswana, craignait à tout moment une attaque de l’armée sud-africaine. Il donnait cours avec un pistolet dans son sac de sport.
    Son, où même les canettes de bière
    ont trouvé ton lien avec le vent !
    Esprit, je pourrais te nommer baobab
    Mais où est passée la terre ?

    Gcina Mhlope (1959), conteuse zouloue, charismatique et adepte du dithyrambe, s’adressant au président lors d’une audition de la Commission Vérité et Réconciliation.
    S’il te plait, souviens-toi, la trahison fait bien plus de mal
    Que la piqûre d’un million de scorpions.

    Gabeba Baderoon (1969), issue de la communauté indienne, relatant la vie de sa famille et ses expériences personnelles.
    Je te trouve
    ouvert comme une tente.
    tu es une écorce de cannelle
    arquée autour de moi.

    Ronelda Kamfer (1981) de langue afrikaans, sur la violence dans la banlieue métisse du Cap.
    Des pères j’en ai connu des tas
    des qui détestent leurs enfants
    des qui aiment un peu trop leurs filles
    des qui battent leur femme
    des qui délirent sans leur pinard
    des qui n’ouvrent pas la bouche

    Des pères j’en connais des tas
    sauf celui que
    je n’ai jamais vu.

    Bacchanales n°50, édition dirigée par Denis Hirson, Poèmes d’Afrique du Sud 1996-2013 dont il faut saluer la remarquable présentation. Traducteurs des extraits cités : Katia Wallisky, Michèle Mérail, Denis Hirson, Pierre-Marie Finkelstein.
     

    Retrouvez chaque mardi Le blog littéraire de Georges Lory

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.