GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
Aujourd'hui
Jeudi 23 Août
Vendredi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Aki Kaurismaki montre «L’Autre côté de l’espoir»

    media Niroz Haji et Sherwan Haji dans «L’Autre côté de l’espoir» du réalisateur finlandais Aki Kaurismaki. Niroz Haji et Sherwan Haji dans «L’Autre côté de l’espoir» du ré

    C'est un film grinçant et engagé : « L'Autre côté de l'espoir », du Finlandais Aki Kaurismaki, sort ce mercredi 15 mars sur les écrans français. Kaurismaki, 59 ans, auteur de « L'Homme sans passé » ou du « Havre » s'empare du thème des réfugiés avec son style si particulier, qui lui a valu l'Ours d'argent de meilleur réalisateur à la dernière Berlinale.

    Il y a deux ans, la Finlande a accueilli un peu plus de 30 000 demandeurs d'asile, surtout Irakiens et Afghans, pour un pays qui compte 5 millions d'habitants. L'intégration s'est globalement bien passée, mais certains centres d'accueil ont reçu des cocktails Molotov.

    C'est ce qui a décidé Aki Kaurismaki à inventer l'histoire de Khaled, réfugié syrien débarqué à Helsinki dans un chargement de charbon. L'Autre côté de l'espoir baigne dans un humour acide, glacé comme la vodka finlandaise. « J'essaie juste, honnêtement, de montrer aux trois personnes qui iront voir ce film, que nous sommes tous pareils, que nous sommes tous des êtres humains... Et demain c'est vous qui serez un réfugié » a affirmé Kaurismaki sous les applaudissements des festivaliers de la Berlinale.

    « Tous les réfugiés ne sont pas sales et affamés »

    C'est Sherwan Haji, un acteur syrien installé à Helsinki, qui incarne Khaled. Lui est arrivé en Finlande avec un visa, avant la guerre, amoureux d'une Finlandaise... et du cinéma de Kaurismaki, étudié à Damas. « Tous les réfugiés ne sont pas sales et affamés. Ce sont juste des êtres humains. Certains ont un boulot, ils ont fait des études. Ils ont juste fui la mort. »

    Humour et gravité, musique country « made in Finland » et décors rétros, L'Autre côté de l'espoir est un condensé de l'œuvre d'Aki Kaurismaki.

    ► Écouter aussi notre Rendez-vous Culture du mardi 14 mars, consacré au film d’Aki Kaurismaki

     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.