GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Aujourd'hui
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    «Félicité», le magnifique film d’Alain Gomis sort en salle

    media Véronique Tshanda Beya Mputu dans «Félicité», réalisé par Alain Gomis. Jour2fête

    Cette œuvre cinématographique sort ce mercredi 29 mars enfin en salle, après avoir remporté l’Etalon d’or de Yennenga au Fespaco, à Ouagadougou, et l’Ours d’argent au Festival de Berlin. Avec Félicité, le Franco-Sénégalais Alain Gomis livre un film magnifique, un portrait sensible d’une femme dans le Kinshasa d’aujourd’hui, porté par l’intensité de ses acteurs et le magnétisme de la musique.

    C’est l’histoire d’une vie qui bascule en quelques secondes. Félicité, chanteuse de bar à Kinshasa apprend que son fils est à l’hôpital, victime d’un accident de moto qui nécessite une opération urgente. L’opération coûte cher et Félicité n’a pas d’argent. Alors cette mère courage va arpenter la ville, supplier, mendier, harceler ses proches, pour trouver franc après franc, de quoi réunir la somme nécessaire.

    Véronique Tshanda Beya Mputu, une force imperturbable

    Félicité, c’est Véronique Tshanda Beya Mputu, une actrice non professionnelle, époustouflante dans ce premier rôle. Gomis joue de son visage, tour à tour intense et las, de sa force imperturbable, de ses moments de colère ou d’abandon, comme d’une partition musicale.

    Félicité aurait pu tendre vers le misérabilisme. Mais devant la caméra de Gomis, cette laissée-pour-compte devient une héroïne à part entière. Une guerrière sillonnant Kinshasa de part en part pour sauver son fils.

    Une odyssée guerrière

    Partout règne le chaos, la corruption, les tas d’ordures, la misère. Peu importe, Félicité est une odyssée guerrière, rythmée par la musique du Kasai Allstars, comme un appel à la transe, un film d’une intensité ensorcelante qui nous fait découvrir la pure beauté de ce que d’ordinaire, on refuse de voir.

    ► Lire aussi : Tabu, le frigoriste de Félicité : à la recherche de l’homme moderne dans le cinéma africain
    ► Lire aussi : L’accueil mystérieux de Félicité d’Alain Gomis au Fespaco
    Ecouter aussi le Rendez-vous Culture du 29 mars dédié à Félicité d’Alain Gomis
    Ecouter aussi : Alain Gomis, réalisateur de Félicité

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.