GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    L’Algérie mise à nu au Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient

    media « À mon âge je me cache encore pour fumer », le film de la réalisatrice franco-algérienne Rayhana a été projeté en avant-première au Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient (PCMMO) en Seine-Saint-Denis. Les Films du Losange

    Neuf femmes algériennes racontent, à moitié nues, dans un hammam d’Alger, leur vie pendant les années de plomb. Cette histoire poignante et poétique a ouvert hier en avant-première le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient (PCMMO) en Seine-Saint-Denis. Le film de la réalisatrice franco-algérienne Rayhana, À mon âge je me cache encore pour fumer, sort ce mercredi 26 avril dans les salles en France. Et le Festival propose parmi les 50 films projetés un focus très prometteur sur le cinéma algérien.

    C’est un film courageux, tragique et lumineux, à l’image de sa réalisatrice, née à Alger, en 1964, et réfugiée politique en France depuis 2000. En janvier 2010 - cinq ans avant l’attentat contre Charlie Hebdo - Rayhana a été attaquée dans le même XIe arrondissement de Paris, très probablement par des islamistes en colère contre sa pièce. Alors qu’elle se rendait à pied à la Maison des Métallos où l’artiste présentait À mon âge je me cache encore pour fumer  - qui, à l’époque, n’était qu’une pièce de théâtre - deux hommes ont aspergé son visage d’essence avant d’écraser une braise de cigarette sur sa tête. Par miracle, elle n’a pas pris feu et pu fuir…

    « À mon âge je me cache encore pour fumer »

    Aujourd’hui, Rayhana raconte cette histoire de femmes dans un hammam à Alger dans son premier long métrage, tourné à Salonique, par crainte de représailles, mais avec une force et une franchise inouïe. À mon âge je me cache encore pour fumer nous plonge dans les traumatismes des femmes dans l’Algérie des années 1990, après la victoire du Front islamique du salut (FIS) aux élections…

    Fatima est la patronne du hammam. Pendant que la terreur court la rue, elle transforme l’intérieur de son bain de vapeur en un refuge pour les femmes. Ici, la vie et la parole fourmillent : toutes les générations et classes sociales se rencontrent, échangent sur leurs réalités souvent tristes, mais confient aussi leurs rêves et leurs fantasmes érotiques.

    Les corps des femmes rythment le récit

    Samia est l’Antigone de cette histoire. A 29 ans, pas encore mariée, elle ose encore à rêver d’un marie émigré doté de lunettes pour regarder avec lui la mer et l’horizon. Pendant qu'elle masse les corps des autres, elle croit encore à la possibilité de créer son propre paradis sur terre.

    Dans une esthétique charnelle, imprégnée de la couleur de la chair, les corps des femmes investissent l’écran, rythment le récit. Protégées par les murs du hammam, elles se lavent aussi des humiliations subies : la nuit de noces à 11 ans, les violences quotidiennes, la peur d’être traité de  « pute » ou aspergé de l’acide pour une cigarette fumée, une robe portée ou un voile refusé.

    Le voile et la violence

    Les yeux dans les yeux, on partage le destin des femmes sous le joug des machistes et fondamentalistes. La caméra regarde franchement, ne tremble pas. Sans fausse pruderie, elle touche les corps, les cœurs et les âmes. Aïcha, Keltoum, Zahia et les autres viennent ici pour respirer, se faire malaxer et, parfois, on y chante et danse, pousse des youyous, par exemple, quand Nadia brandit avec fierté le certificat de son divorce et fête sa liberté retrouvée. Elles s’y disputent aussi, comme sur le port du voile, même si Fatima met les choses au clair : « Pour les hommes, il n’y a aucune différence entre vous deux : Toi, une bâchée. Toi une décapotable. Bonnes à baiser toutes les deux. »

    Dans cet univers de corps nus merveilleusement mis en scène surgit la face cachée de la violence faite aux femmes. À l’intérieur du hammam, les fêlures et les faiblesses, les blessures et les bleus prennent corps pendant les bourreaux rodent devant la porte.

    Consultez le programme complet du 12e Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient, du 25 avril au 14 mai, en Seine-Saint-Denis et à Paris.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.