GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Festival de Cannes: le défi du deuil et de la disparition

    media « Loveless » (Faute d'Amour), le film d’Andrey Zvyagintsev est en lice pour la Palme d'or du 70e Festival de Cannes. Pyramide Distribution

    A Cannes, le plus grand festival de cinéma au monde a démarré mercredi 17 mai avec deux films très forts et peut-être emblématiques. Curieusement, Les Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin désespèrent, tout comme les personnages de Loveless du Russe Andrey Zvyagintsev. La disparition et les impossibilités d’une renaissance se trouvent au cœur de ces histoires à maints égards tourmentées. Un peu à l’image des défis à relever pendant cette 70e édition qui affronte les nouvelles technologies et les nouveaux modes de distribution.

    Avec l’arrivée de Netflix dans la compétition du Festival de Cannes, est-ce un monde qui disparait ? Le thème de la disparition est curieusement bien présent dans les premiers films projetés sur le très grand écran du Grand Théâtre Lumière au Palais des Festivals.

    Et la version originale du film projeté à Cannes sera-t-elle sur Netflix ?

    A première vue, le film d’Arnaud Desplechin n’a rien à voir avec le débat sur Netflix. Et pourtant, ils alimentent tous les deux la même interrogation : comment présenter son film au public ? La projection de Fantômes d’Ismaël n’impose pas le choix radical entre un visionnage en salle ou en ligne, mais quand même : c’est embêtant de sortir d’un film sachant qu’une deuxième version plus longue et peut-être plus aboutie existe qui sera réservée pour quelques salles arts et essais en France ou des salles à l’étranger. On aurait presque envie de suggérer une diffusion de la version longue sur Netflix… D’autant plus, parce que le réalisateur français a pratiquement confirmé lors de la conférence de presse qu’il s’agit plutôt de deux films différents basés sur la même histoire :

    « Effectivement, ils existent deux versions du film. Il y en a une que j’appelle "version originale" pour ceux qui parlent déjà le "Desplechin". Pour ceux qui ne parlent pas encore le Desplechin, et ils ont nombreux, il y a une autre version que j’appelais version "française". Cette version, je l’ai resserrée sur le triangle amoureux entre Mathieu et les deux filles, alors j’espère que cette version a comme vertu d’enflammer les sentiments. La version "originale" est une version monde que vous pouvez voir ailleurs, c’est une version plus "mentale". L’autre version est une version plus "sentimentale". »

    Les Fantômes d’Ismaël, comment faire le deuil d’un deuil avorté ?

    En tous cas, les premiers films du Festival de Cannes questionnent le traumatisme provoqué par une disparition. Avec Les Fantômes d’Ismaël, Arnaud Desplechin, le plus complexe et proustien des réalisateurs français, nous raconte une histoire à fragmentation. Un récit aussi compressé et difficile à déchiffrer qu’une peinture abstraite du peintre Jackson Pollock, largement évoqué dans le film.

    Ismaël, un cinéaste en perdition, tombe amoureux d’une astrophysicienne pour refaire sa vie. Mathieu Amalric interprète avec volupté cet homme désespérément à la recherche de sa vie, le verre de whiskey, le script du prochain scénario et les cigarettes toujours à portée de main. Et puis réapparait sa femme qu’il croyait morte, car disparue il y a vingt ans. Evidemment, les cauchemars nocturnes ne s’estompent pas. Bien au contraire, toute sa vie se transforme en cauchemar. Mais comment faire le deuil d’un deuil avorté ?

    Surtout, quand sa femme disparue, incarnée avec une précision fantomatique impressionnante par Marion Cotillard, est bien décidée de reprendre son mari, de transformer son absence dans le passé en une présence irréfutable : « La vie m’est arrivée. » Sylvie (Charlotte Gainsbourg), la nouvelle femme qui ressemble fortement à l’ancienne, se retrouve alors dans une position délicate voire aussi éloignée que les constellations d’étoiles qu’elle étudie.

    Loveless, la disparition de l’amour

    Dans l’histoire percutante d’Andrey Zvyagintsev, les forces mystérieuses provoquées par une disparition changent également la vie des protagonistes. Très bien servi par la tension incroyable assurée par les acteurs Maryana Sivak et Alexey Rozin, le réalisateur russe dresse le portrait de Boris et Genia, un couple complètement déchiré et en train de divorcer. Une dynamique infernale est enclenchée. Tous les deux considèrent leur fils de 12 ans comme un obstacle pour commencer une nouvelle vie. Jusqu’au jour, où celui disparaisse…

    Faute d’amour des parents, c’est par la disparition librement choisie qui donne au fils Alyosha enfin une raison d’être et un moyen d’exister dans une société rongée par l’individualisme forcené. Accusé d’avoir fait avec Leviathan, présenté en 2015 à Cannes, un film anti-russe, le cinéaste récidive avec un portrait grandiose, mais peu flatteur d’une société marquée par l’hypocrisie et le cynisme.

    RFI au Festival de Cannes 2017 : nos articles, éditions, émissions, photos et vidéos

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.