GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Dimanche 28 Mai
Lundi 29 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 31 Mai
Jeudi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Festival de Cannes: «Jupiter’s Moon», ou la lévitation d’un immigré syrien

    media «Jupiter’s Moon» («La Lune de Jupiter»), du réalisateur hongrois Kornel Mundruczo, est en lice pour la Palme d'or. Pyramide Distribution

    Dans Jupiter’s Moon (La Lune de Jupiter), le réalisateur hongrois Kornel Mundruczo raconte l’histoire d’un réfugié syrien, l'un de ces milliers d’immigrés éprouvés par leur traversée et traqués par les services d’immigration. Lors de son entrée dans le pays, Aryan est touché par trois balles, mais au lieu de mourir de ses blessures, il commence à voler comme un ange sans savoir d’où viennent ses pouvoirs surnaturels. En lice pour la Palme d’or.

    Cela aurait pu être une version hongroise des Ailes du désir de Wim Wenders avec ses deux anges mi-humains scrutant le ciel de Berlin. Avec cette fois-ci un ange volant au-dessus des camps de réfugiés. Comme seul bagage ses souvenirs : « J’avais tout à Homs : un lit, une table et une Playstation. »

    Hélas, là où le réalisateur hongrois Kornel Mundruczo excellait dans White God, son précédent film de politique-fiction dans une Hongrie totalitaire, son nouveau film Jupiter’s Moon semble surinvesti. Le scénario bizarre et surréaliste montre vite ses limites en multipliant les genres et les histoires incongrues.

    Jupiter’s Moon
    recule en avançant

    La force poétique de l’« ange » est vampirisée à chaque scène. Le côté maléfique du Dr Stern, prêt à tout pour exploiter le don divin de son patient, est surmené dans des scènes de polar à répétition. Et Laszlo, le violent directeur du service d’immigration, est une caricature sans suspense. Sans parler des séquences créées ex nihilo pour parler de l’homosexualité, de la Bible ou de l’euthanasie, le tout doté d’une iconographie christique sans foi.

    Ce fourre-tout cinématographique recule en avançant, mettant à mal l’histoire initiale avec une caméra nerveuse, un récit impatient et une folie de plus en plus monotone. On a même droit à l’immigré terroriste qui fait exploser un wagon de métro. Bref, l’ascension d’un immigré finit en descente en enfer pour les spectateurs.

    RFI au Festival de Cannes 2017 : nos articles, éditions, émissions, photos et vidéos

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.