GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Janvier
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 22 Janvier
Mardi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    Cannes 2017: «I'm not a Witch», un film zambien sur la Croisette

    media Un extrait de «I'm not a witch», un film zambien sur la Croisette. Capture d'écran du site allocine.fr

    A Cannes, a été projeté ce jeudi un film venu de Zambie, et ce n'est pas si courant. La section parallèle, la Quinzaine des réalisateurs a sélectionné « I'm not a Witch » (« Je ne suis pas une sorcière »), le premier long-métrage de Rungano Nyoni. La jeune réalisatrice venue de Zambie a choisi pour personnage principal une fillette de huit ans accusée de sorcellerie et obligée d'aller vivre dans une sorte de camp itinérant de sorcières.

    Avec notre envoyée spéciale à CannesSophie Torlotin

    Elle a sept ans, huit peut-être. Mutique, le regard farouche, elle fixe une villageoise qui va chercher l'eau au puits. Une chute, le bidon qui se renverse. Il n'en faut guère plus pour que la fillette soit accusée d'être une sorcière.

    L'enfant se retrouve dans une sorte de camp itinérant de sorcières. Un long ruban blanc fixé à un fuseau l'empêche de fuir. Mais bientôt, la petite prisonnière aux pouvoirs censément magiques se voit appelée ici et là pour identifier un voleur ou procéder à des incantations pour appeler la pluie sur les récoltes.

    Un candidat à la Caméra d'or

    La jeune réalisatrice, Rungano Nyoni, s'est documentée sur les camps de sorcières au Ghana ou en Zambie, ou sur le sort des enfants accusés de sorcellerie en République démocratique du Congo. Mais elle a conçu son film comme un conte de fée cruel. « J’ai grandi avec les contes de fées et les contes zambiens sont vraiment spéciaux. Ils sont uniques, violents. Ils sont drôles aussi. Le ton change en cours de route. On ne sait pas où cela mène. Et je voulais aussi faire un film ambigu comme ce type de conte de fées », raconte-t-elle.

    En langue shona, Rungano signifie « histoire » ou « conteur ». La jeune réalisatrice porte bien son prénom car Je ne suis pas une sorcière est un formidable premier film, digne de la Caméra d'or, ce prix décerné au meilleur premier film à Cannes, toutes sections confondues.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.