GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Septembre
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Septembre
Lundi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Poésie brute

    media Ronelda Kamfer Simone Scholtz

    Son patronyme signifie « camphre » mais on peut entendre « Kampf », le combat.

    Les batailles de Ronelda Kamfer, née en 1981, commencent tôt :

    La foire aux pères

    Des pères j’en connais des tas

    des qui bossent pas

    des qui passent leur temps dans la cour

    des qui sont en taule à Pollsmoor

    des qui pioncent dans les caniveaux

    des qui dorment le jour et travaillent la nuit

    Des pères j’en connais des tas

    des qui détestent leurs enfants

    des qui aiment un peu trop leurs filles

    des qui battent leur femme

    des qui sont malades quand ils n’ont pas de vin

    des qui n’ouvrent presque jamais leur bouche

    Des pères j’en connais des tas

    sauf un : celui que

    je n’ai jamais vu

    Elle a grandi chez ses grands-parents, parmi les ouvriers agricoles du village de Grabouw, au sud-est du Cap. Jadis, le salaire était en partie versé en litrons de vin. Elle arrive en ville à treize ans. Elle connaît la pauvreté. Elle assiste, impuissante, à la guerre entre bandes de malfrats qui déchire la jeunesse des townships et fait encore rage de nos jours.

    Gentilles filles

    Les gentilles filles ne sont pas dans des bandes

    elles ne tombent pas enceintes à treize ans

    elles ne se font pas faire des tatouages de gangs

    elles ne fument pas de l’herbe

    elles ne se défoncent pas au crystal meth

    elles ne se font pas tringler par les profs

    et les chauffeurs de taxi

    elles ne travaillent pas chez Shoprite

    elles ne font pas femmes de ménage

    les gentilles filles n’habitent pas les townships des Cape Flats

    Les Cape Flats, ce sont ces grands quartiers battus par le vent, dispersés sur la plaine qui s’étend derrière la Montagne de la Table jusqu’à l’océan Indien. Ils comprennent les maisonnettes en dur de Langa, les taudis de Khayelitsha et les immenses rues grises de Mitchell’s Plain. C’est dans ce township qu’on a relogé de force les métis expulsés du District 6 à partir de 1968.

    Adepte du style direct, comme Antjie Krog, Kamfer ne donne pas dans la fioriture pour décrire son quotidien. Son afrikaans n’est pas celui de Stellenbosch, c’est celui des banlieues. Elle se demande quelle sera la vie de sa petite fille dans un monde de violence.

    Ses poèmes se retrouvent dans Pas de blessure pas d’histoire et dans PO&SIE n°157.

    En 2016, elle a sorti un recueil émouvant, intitulé Hammie, dédié à sa mère. Pierre-Marie Finkelstein l’a déjà traduit en français, comme les deux poèmes ci-dessus. Il ne reste plus qu’à le fabriquer. Editeurs courageux, encore un petit effort !

    Ronelda KAMFER, Chaque jour sans tomber, Chantiers navals, 2013

    Retrouvez chaque mardi Le blog littéraire de Georges Lory

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.