GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Reprise des pourparlers entre États-Unis et talibans à Doha (source américaine)
    Asie-Pacifique

    Le cinéaste Barbet Schroeder et Wirathu, le moine islamophobe

    media Le moine Wirathu, l’un des principaux artisans des lois islamophobes en Birmanie, dans le documentaire « Le vénérable W. », réalisé par Barbet Schroeder. Les Films du Losange

    « Le vénérable W. » est un documentaire signé d'un maître du thriller. Barbet Schroeder, le cinéaste suisse, né à Téhéran, s'intéresse au moine Wirathu, l'un des principaux artisans des lois islamophobes en Birmanie. Le film qui sort ce mercredi 7 juin en salles, explore les méandres et les conséquences d'appels à la haine venant d'un responsable bouddhiste, une spiritualité qui prône pourtant la non-violence et l'amour du prochain.

    Comment un moine bouddhiste peut-il prôner l'exclusion d'une infime minorité de la population ? C'est cette question qui a guidé le réalisateur Barbet Schroeder, 75 ans, à partir en Birmanie avec un visa de tourisme pour y rencontrer Ashin Wirathu. Ce moine bouddhiste très influent a réussi à faire passer des lois anti-musulmanes.

    Wirathu, grand admirateur de Donald Trump et de Marine Le Pen, a accepté de se livrer face caméra. Barbet Schroeder met en perspective ces entretiens, insérant au montage des images glaçantes de propagande ou des films amateurs montrant les exactions contre les musulmans : maisons brûlées et lynchage...

    Le vénérable W., la mécanique du mal

    Ainsi, Barbet Schroeder cherche à cerner la mécanique du mal à l'œuvre, en rencontrant ce vénérable W. : « Ce qui me fascine, c’est que le mal puisse revêtir des formes si différentes et avoir des aspects si inoffensifs au premier abord. C’est ça qui est inquiétant. »

    Après le portrait du général ougandais Idi Amin Dada en 1974, puis celui de l'avocat de terroristes et de Klaus Barbie, Jacques Vergès, Barbet Schroeder ajoute, avec ce documentaire, un troisième volet à son exploration du mal au XXIe siècle...

    ► Ecouter notre entretien avec Barbet Schroeder, réalisateur du film « Le vénérable W. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.