GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    Le danseur syrien Ahmad Joudeh: «se battre avec l’art et l’amour»

    media Le chorégraphe syrien Ahmad Joudeh lors de sa présentation sur le parvis des droits de l’homme au Trocadéro, à Paris. FRANCOIS GUILLOT / AFP

    On le surnomme le Billy Elliot syrien. Il y a un an, à peine, Ahmad Joudeh, 27 ans, dansait sur les toits de Damas et les vestiges de Palmyre, parfois sous les tirs. Il vit aujourd'hui à Amsterdam ou il est élève au ballet national. Jeudi 20 juillet au soir, il dansait pour la première fois à Paris, sur le parvis des droits de l’homme au Trocadéro pour une représentation en plein air.

    Par Nathan Chaudet,

    Entouré d'un groupe de gospel et du chanteur Sanga qui lui a composé une chanson, Ahmad Joudeh danse un mélange de ballet et de danse contemporaine, au milieu du parvis des droits de l'homme. Tout un symbole pour celui qui s'est fait tatouer « dance or die » sur la nuque et qui se sert de l'art pour envoyer un message :

    « Nos ennemis, ce sont les hommes fermés d’esprit, c’est le groupe État islamique. Ils sont les ennemis du monde entier. Moi, je pense qu’il faut se battre avec l’art et l’amour pour que ce monde trouve la paix. »

    « Pour que ma danse soit plus expressive que des mots »

    Parti de Syrie, il y a moins d'un an, pour échapper au service militaire et aux menaces des terroristes, Ahmad utilise certains souvenirs parfois terribles pour nourrir ses chorégraphies.

    « Une fois, j’ai vu une fille se faire tuer devant mes yeux et je me suis servi de ce mouvement dans mon solo. J’ai créé toute ma chorégraphie à partir de ce que j’ai pu vivre en Syrie, pour que ma danse soit plus expressive que des mots. »

    Ahmad espère un jour pouvoir revenir en Syrie pour continuer son engagement et – pourquoi pas – créer un ballet national syrien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.