GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Septembre
Samedi 16 Septembre
Dimanche 17 Septembre
Lundi 18 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Mort de l'acteur et humoriste américain Jerry Lewis

    media Jerry Lewis au 66e Festival de Cannes pour le film «Max Rose», le 23 mai 2013. REUTERS/Regis Duvignau

    Célèbre pour ses rôles de comique absurde et ses grimaces, l’acteur et humoriste américain Jerry Lewis est mort dimanche 20 août chez lui à Las Vegas à l'âge de 91 ans.

    Jerry Lewis était un artiste total. Mime, dialogue, comique, tragique… Il savait tout faire. « On n’est pas sérieux quand on a perpétuellement 9 ans », disait-il. Héritier de Chaplin, il a ajouté à l’histoire du burlesque son génie de la grimace et du travestissement.

    Né Joseph Levitch en 1926, d’une famille juive d’origine russe, il déclare très tôt ses talents. A 15 ans, il est sur scène pour un one man show. Peu après, sa rencontre avec Dean Martin, star de l’époque, lui ouvre les portes de la célébrité. Ils forment un duo irrésistible à la télévision américaine pendant une décennie.

    Vient le temps d’une carrière en solo, avec toute une série de films populaires, drôles et sans prétention. Son grand succès : Docteur Jerry et Mister Love, en 1963, où il joue un double rôle, celui d’un idiot et d’un séducteur.

    Clown par excellence, Jerry Lewis était aussi un véritable acteur dramatique, comme l’avaient compris les réalisateurs Martin Scorsese et Emir Kusturica, qui le dirigeront dans leurs films La Valse des pantins et Arizona Dream.

    Par ailleurs, sans jamais se prendre au sérieux devant une caméra, Jerry Lewis prenait très à cœur en coulisse son engagement pour les handicapés physiques et mentaux, ce qui lui vaudra d'être cité pour le prix Nobel de la paix en 1977.

    Une figure caritative américaine

    Dès le début des années 1950, il est associé aux toutes premières actions de charité en vue de rassembler des fonds pour le traitement de la dystrophie musculaire, un groupe de myopathies génétiques héréditaires.

    Il est animateur, à partir de 1966, d'un téléthon national pour les myopathes, qui devient rapidement une institution. Chaque année jusque 2010, le jour férié de Labor Day, Jerry Lewis animera ainsi cet événement à la télévision, récoltant 2 milliards et demi de dollars au total.

    Son départ du téléthon, dont les circonstances sont restées mystérieuses alors qu'il était aussi président de l'association, précipitera le déclin de l'opération, dont la dernière édition s'est tenue en 2014.

    S'il n'a jamais été nommé aux Oscars pour ses prestations de comédien ou de réalisateur, Jerry Lewis a fini par être distingué par un Oscar d'honneur en 2009, justement en récompense de ses activités humanitaires.

    Au-delà de ses qualités artistiques, c'est donc bien pour son engagement caritatif qu'il est surtout reconnu aux Etats-Unis, son pays où il aura reçu de nombreuses autres distinctions.

    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.