GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    «Oka», quand le cinéaste malien Souleymane Cissé combat l’injustice

    media Une scène du film «Oka», réalisé par le cinéaste malien Souleymane Cissé. LES FILMS CISSÉ - SISÉ FILIMU

    Le film nous emmène à Bamako, au Mali. À 77 ans, le cinéaste malien Souleymane Cissé dénonce dans son nouveau film Oka (« Notre maison ») l'injustice sociale et la corruption qui minent son pays.

    C’est l’histoire d’une querelle familiale qui tourne mal. Au programme : jalousie, envie et corruption à Bamako. Le film raconte l’histoire des quatre sœurs de Souleymane Cissé, expulsées de chez elles. Au cœur du conflit, leur maison de Bozola, située dans un quartier très recherché de Bamako et que leur enviait une branche rivale de la famille.

    Il n’en fallait pas moins pour que leur frère, réalisateur mondialement reconnu, auteur de classiques du cinéma africain comme Yeelen ou Finyè, s’empare de sa caméra pour relater toute l’affaire, et clamer son indignation.

    « Oka » est un film terriblement efficace

    Devant l’objectif, Cissé récolte les témoignages révoltés des voisins et des voisines, filme l’arrivée de la police qui expulse violemment ses sœurs et jette leurs affaires à la rue, puis revient hanter les lieux désormais déserts. Ces lieux qui ont marqué son enfance, pour y revenir, nostalgiquement sur sa jeunesse.

    Mais au-delà de la nostalgie, Oka est aussi une charge en règle contre la justice corrompue et toute la classe politique malienne. À ce jour, peu de cinéastes ont pris leur caméra pour porter un conflit privé sur la place publique.

    C’est la dimension un peu gênante de ce plaidoyer pro domo où la parole n’est jamais donnée à la partie adverse. Gênante, mais terriblement efficace. Le 5 octobre 2015, la Cour de Justice a annulé l’arrêté d’expulsion de la famille Cissé.

    ► Lire l’interview avec Souleymane Cissé : « Non, Oka n’est pas un film à charge »
    ► Lire aussi : Souleymane Cissé, le doyen du cinéma africain à Cannes

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.