GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    14e Biennale d'art contemporain de Lyon: poésie et engagement

    media Lyon, 14e Biennale. Des visiteurs à l'exposition «Yoko Ono, lumière de l'aube», par Yoko Ono, artiste et chanteuse japonaise, veuve de John Lennon. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

    « Mondes flottants », c’est le thème choisi pour la 14e Biennale d’art contemporain de Lyon. Cette manifestation, reconnue comme l'une des cinq meilleures du monde, se concentre sur trois lieux : le Musée d’art contemporain de la ville, les entrepôts de la Sucrière et un dôme, situé Place Antonin Poncet. Au programme : 90 artistes, français et étrangers et des stars comme le Californien Doug Aitken ou le Brésilien Ernesto Neto.

    À la Biennale, ce que vous entendez, n’est pas forcément ce que vous croyez. Loin des embouteillages, les klaxons sont en fait une performance du mouvement Fluxus (un mouvement né dans les années 1960). Elle pourrait être un symbole de cette manifestation qui cherche à supprimer les frontières entre l’art et la vie, comme l’a souhaité Emma Lavigne, directrice du Centre Pompidou-Metz et commissaire de la Biennale de Lyon : « C’est dans les marges aussi qu’on sort véritablement le maximum de libertés. »

    « Forever Immigrant », « Migrant pour la vie »

    Mondes flottants, le thème choisi pour cette 14e édition se veut engagé et poétique. Et qui dit flottant dit eau, comme cette piscine sur laquelle dérivent des bols en porcelaine. Ils s’entrechoquent pour jouer une mélodie imaginaire, signée Céleste Boursier-Mougenot : « Cela évoque le rêve. Ce bassin est une partition. »

    Marco Godinho, lui, a apposé des milliers de tampons sur les murs des entrepôts de la Sucrière avec l’inscription « Forever Immigrant », « Migrant pour la vie ». Vus de loin, ces cachets forment des nuages d’oiseaux. De près, la poésie de son geste devient un acte politique : « Chaque fois que je les installe, ils deviennent de nouveaux territoires. »

    Lâcher prise dans un monde instable

    Avec des créations impertinentes et des visions célestes, les artistes nous invitent à ralentir et à lâcher prise pour répondre à l’instabilité du monde. La Biennale d’art contemporain de Lyon est à voir jusqu’au 7 janvier 2018.

    Écoutez le Rendez-vous Culture sur la 14 Biennale de Lyon

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.