GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • COP23: la communauté internationale s'accorde pour évaluer en 2018 ses émissions de CO2
    Afrique

    «La Belle et la meute», le cauchemar d’une Tunisienne en plans-séquences

    media Mariam Al Ferjani dans « La Belle et la bête » de Kaouther Ben Hania. Jour2fête

    Ce mercredi 18 octobre sort sur les écrans français un film tunisien ovationné au Festival de Cannes en mai dernier : « La Belle et la meute ». Le troisième long métrage de la réalisatrice Kaouther Ben Hania suit pendant une nuit une jeune femme, déterminée à porter plainte malgré les humiliations et les menaces.

    L'affaire avait fait grand bruit en Tunisie, un an après la révolution, en 2012 : Myriam, violée par trois policiers lors d'un contrôle, la nuit, avait décidé de se battre pour faire condamner ses bourreaux.

    Kaouther Ben Hania montre cette nuit de cauchemar, la visite à l'hôpital, la situation kafkaïenne pour obtenir un certificat du médecin, l'interrogatoire au commissariat… La Belle et la meute dénonce l'omerta sociale, l'opprobre jeté sur la victime. Le film est d'autant plus fort que la réalisatrice choisit de ne pas filmer la scène du viol.

    Mettre le spectateur dans le doute

    « C’est pour mettre le spectateur aussi dans le doute. De faire regretter au spectateur le fait que cette pensée lui aurait effleuré l’esprit. Mais, il y a aussi le fait que, pour moi, ce qui lui arrive après est beaucoup plus intéressant. Parce qu’elle se reconstruit très vite. Elle se retrouve presque dans une espèce de situation de survie où elle doit vraiment développer ses propres moyens de défense. »

    Lire l’entretien avec Kaouther Ben Hania sur La Belle et la meute

    Partagé entre stupeur et indignation, le spectateur suit le calvaire de la jeune fille. Un calvaire qui provoque aussi l'éveil d'une conscience. Le rythme est prenant, car Kaouther Ben Hania assume un choix esthétique tranché : l'histoire est racontée en neuf plans-séquences [un plan-séquence est une scène filmée en un seul plan, sans coupure], tournés caméra à l'épaule.

    « Notre vie est un plan-séquence »

    « J’aime beaucoup le temps réel aussi. Mais, le plan-séquence a cette intensité - qu’on peut avoir d’ailleurs avec le montage. Le temps réel a quelque chose de spécial. Il nous plonge dans la vie, parce que notre vie est un plan-séquence. Du coup, il y a cette force que j’aime beaucoup dans le plan-séquence. Et je trouvais que cela rendait le spectateur dans une forme d’immersion directe avec le personnage. Donc, dès le départ, j’ai pensé ce film en plans-séquences. »

    Ovationné à Cannes en mai dernier, La Belle et la meute fait le tour du monde et collectionne les prix. Le public tunisien devrait pouvoir le découvrir en salles le 12 novembre prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.