GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 13 Novembre
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    France

    France: mort de Danielle Darrieux, l’actrice d’un siècle

    media L’actrice Danielle Darrieux, ici, lors de la cérémonie des César en 2002. Stephane Cardinale/Sygma via Getty Images

    L’actrice Danielle Darrieux est décédée mardi 17 octobre, à l’âge de 100 ans, a fait savoir sa famille. Avec plus de cent films à son compte, elle incarne une traversée exceptionnelle de l’histoire du cinéma sur huit décennies. Ses initiales DD, devenues légendaires, 20 ans avant celles de Brigitte Bardot, la consacrent très tôt comme un mythe vivant du Septième Art.

    De Danielle Darrieux, on retient les yeux mutins, le visage frondeur de la jeune première pétulante dès ses premiers films, à commencer par Le Bal en 1931, immense succès qui lance sa carrière. Henri Decoin qui deviendra bientôt son époux peaufine ses rôles dans des mélodrames de qualité. Bien après leur divorce, il lui offrira encore l’un de ses plus beaux rôles, celui de l’épouse empoisonneuse dans La Vérité sur Bébé Donge, en 1952.

    Danielle Darrieux dans «La Vérité sur Bébé Donge», un film d'Henri Decoin sorti en 1952. Photo by ullstein image/getty Images)

    De la résidence surveillée à Max Ophüls

    Entre les deux, il y aura eu la guerre et ce voyage à Berlin, en 1942, où elle traverse l’Allemagne nazie en compagnie de quelques autres artistes français. À la Libération, accusée de collaboration, elle passe quelque temps en résidence surveillée, mais contrairement à Arletty, elle n’est que peu inquiétée. Sa carrière reprend plus fort que jamais et atteint bientôt un nouveau pic : avec Max Ophüls qui lui offre coup sur coup trois chefs-d’œuvre : la jeune épouse infidèle de La Ronde, la fille de joie du Plaisir et la frivole Madame de…

    Depuis quelques années j'étais plongée dans les rôles dramatiques que j'ai eu du mal à trouver quand j'étais jeune, parque quand j'étais jeune on disait que j'étais une comique...
    Danielle Darrieux aimait varier les rôles comme elle l'expliquait en 1993 dans l'émission Grand Ecran 19/10/2017 - par RFI Écouter

    Elle est la « maman » des Demoiselles de Rochefort

    Le reste de sa carrière n’atteindra pas de tels sommets même si elle réapparait triomphalement en 1967 dans Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy. Elle y est Yvonne Garnier, la mère de Catherine Deneuve et Françoise Dorléac. Elle est la seule à savoir chanter : « Je suis un instrument, il faut savoir jouer de moi, alors on sait en jouer ou on ne sait pas », lance-t-elle au réalisateur Jacques Demy. À cette époque, Darrieux a 50 ans et elle va encore tourner 26 films, jusqu’en 2009 où, âgée de 92 ans, elle donnait encore la réplique à Jean-Pierre Marielle dans Pièce montée, une comédie de Denys Granier-Defferre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.