GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    World Press Photo: la «langue de vérité» de Burhan Ozbilici

    media Le photojournaliste Burhan Ozbilici, lauréat du World Press Photo 2017. Siegfried Forster / RFI

    Il a couvert le coup d’État avorté en Turquie, mené des missions en Syrie et en Libye, mais il n’a rien d’un photojournaliste kamikaze ni d’un aventurier. Pourtant, le 19 décembre 2016, le photojournaliste turc Burhan Ozbilici de l’Associated Press est resté debout face à un meurtrier qui venait de tirer sur l’ambassadeur russe en Turquie dans une galerie d’art d’Ankara pour protester contre la guerre en Syrie. Le jour de l’assassinat, son image surréaliste a été vu 18 millions de fois sur Facebook. Couronné Photo de l’année par le plus prestigieux prix du photojournalisme, le World Press Photo, le cliché est exposé à la galerie Carla Sozzani, à Paris. Rencontre avec un homme de 62 ans qui ne se sépare jamais de son appareil de photo.

    RFI : Faut-il être le fils d’un héros de la guerre d’indépendance turque pour avoir le courage de réaliser une telle photo ?

    Burhan Ozbilici : Oui, la source de mon courage était d’abord mon père. Il a dû arrêter ses études pour défendre la patrie, le peuple. Avant de fuir et quitter son village, il a appris trop jeune à faire la guerre. Il a été blessé, mais il avait refusé la médaille d’or des héros de l’indépendance, parce qu’il détestait les médailles. Il était mon héros et un grand intellectuel, un professeur de droit islamique qui connaissait bien la littérature arabe et persane. À ce moment-là, je me suis souvenu de son conseil : fais le maximum que tu peux faire pour les autres. Si tu peux sauver la vie des autres, prends des risques. Mais travaille calmement. Surtout, utilise et ton cerveau et ton cœur. Il souriait quand il m’a donné ce conseil, comme pour me dire qu’une force me protégerait.

    Étiez-vous conscient de la situation ?

    J’ai tout de suite su qu’il s’agissait d’un moment historique très grave, mais en même temps, j’ai décidé à faire la photo, parce que [j’avais le sentiment que] tous les journalistes étaient avec moi et derrière moi… Même si j’étais touché, je ne serais pas mort pour rien. Ainsi, j’ai pu immortaliser un exemple de bon journalisme. Je savais que je risquais beaucoup, mais, au bout d’un moment, j’étais sûr de moi… Je voulais rendre à mon père, ma mère, mes professeurs, une partie de ce qu’ils m’avaient donné.

    À ce moment-là, votre vie a-t-elle défilé devant vos yeux ?

    Oui, toute ma vie. La première fois où j’avais vécu une chose pareille, c’était le 18 juin 1988. Il y avait eu une tentative d’assassinat contre le Premier ministre de l’époque, Turgut Özal. Quelqu’un tombait devant moi et hurlait. À ce moment-là, je ne savais pas que c’était lui le tireur, touché par trois balles. C’est là où j’ai découvert pour la première fois ma force et mon sang froid.

    RFI : Sur la photo, on voit l’assassin, mais on pense surtout au photographe derrière cette image. À quoi pensez-vous aujourd’hui quand vous regardez cette image ?

    Quand je regarde la photo, je suis d’abord malheureux pour un homme très naturel, très honnête et très sympa que je voyais pour la première fois, l’ambassadeur russe, Andrey Karlov. Et quand j’ai rencontré après sa femme, mon respect envers lui a encore beaucoup grandi, et ma douleur aussi. Il représentait son pays, mais il n’avait aucun lien personnel avec cette guerre en Syrie. Après, j’espère que la photo fait réfléchir les gens sur nos problèmes en face. Ce monde cruel qu’on a créé tous ensemble. Cette saleté de guerre. La tragédie syrienne. Cette photo explique et représente beaucoup de choses.

    La photo lauréate du World Press Photo 2017 : Burhan Ozbilici : [L'assassin] « Altintas crie après avoir abattu l'ambassadeur ». L’homme a également blessé trois autres personnes avant d’être tué par des officiers lors d’une fusillade. Burhan Ozbilici / The Associated Press

    RFI : Dans l’exposition, on découvre aussi d’autres photos. Combien de fois avez-vous appuyé sur le déclencheur face à l’assassin, cet officier de police turc en congé ?

    Au total, j’ai eu une centaine de photos. Après que j’avais vu l’ambassadeur par terre, j’ai eu des chaleurs dans la tête, des froideurs dans le corps, mon cœur battait à toute vitesse, comme s’il s’envolait. Mais, j’avais décidé de faire des photos, calmement, sans gêner le tireur et en analysant sans arrêt son cerveau, ses gestes. Quand les gens sont partis, je ne voulais pas partir. Pour moi, fuir n’était pas une solution. J’ai décidé de rester. À la fin, on était seulement deux : le tireur et moi. Après mon départ, j’ai appelé ma collègue journaliste, puis j’ai appelé mon éditeur à Londres. C’est passé comme ça… Tout cela a duré peut-être quatre ou cinq minutes et une centaine de photos.

    Il y avait un vif débat autour de la question si on pouvait montrer et couronner la photo d’un meurtre, un assassinat, une victime en train de mourir. Pourquoi votre photo a échappé au verdict habituel postulant que c’est immoral de montrer un assassin ?

    Les gens ont le droit de tout dire, de critiquer, comme un des jurés qui avait un petit doute par rapport à ma photo. Je lui ai dit : tu as le droit de protester. Mais ce que je n’accepte pas, c’est de juger injustement ma position et les risques que j’ai pris. Ce n’est pas une belle photo, mais une bonne photo qui a marqué l’histoire. C’est une grande photo. Ce n’est pas la photo que je préfère, mais cela explique beaucoup de choses. Cela peut déranger. Mais sans être dérangé, on ne réagit pas.

    Vous avez étudié le français à Istanbul et la littérature française à Paris. Est-ce que dans vos images se reflète aujourd’hui le fait que vous avez appris le français ?

    C’est mon père qui m’a conseillé d’apprendre le français. À l’époque, le français était la première langue étrangère qu’on apprenait en Turquie. Le français m’a beaucoup enrichi pour apprendre et de faire une bonne photographie, du bon journalisme. Vous Français, même si vous râlez beaucoup, vous discutez les choses sérieusement. Et en discutant, on comprend les vraies valeurs des choses. Et la langue de cette photo, c’est la langue de la vérité. Cela peut être brutal, dérangeant. Cette photo, je ne la trouve pas belle. La photo sur laquelle l’ambassadeur parle est plus belle. Donc la langue photographique de cette photo est la vérité.

    Des visiteurs regardent la série de photos de Burhan Ozbilici, lauréat du World Press Photo 2017, dans l'exposition à la galerie Carla Sozzani. Siegfried Forster / RFI

    Le (trop) faible impact du World Press Photo en Afrique

    La Photo de l’année a été choisie parmi 80 408 images soumises par 5 034 photojournalistes de 126 pays. Au cours de l’année, l’exposition sur les lauréats du World Press Photo est vue par 4 millions de personnes, dans 100 villes et plus de 45 pays. Quant à l’Afrique, selon Lars Boering, directeur du World Press Photo, « pour être honnête, l’impact est actuellement pas assez grand, même si on a fait des programmes de formation et qu’on a déjà eu des lauréats venant du continent africain. Nous savons que le problème n’est pas qu’eux ne se connectent pas à nous, car c’est à nous à nous connecter avec eux. Il y a de plus en plus d’expositions du World Press Photo en Afrique, à Nairobi, au Ghana, mais nous avons absolument besoin de voir plus de photos qui viennent du plus grand continent du monde. »

    En effet, parmi les 5 034 photojournalistes professionnels qui ont envoyé leur candidature pour le World Press Photo « seulement 2 % viennent d’Afrique. Actuellement nous avons lancé une campagne pour intéresser plus de photographes d’Afrique et de motiver tous les éditeurs dans le monde entier de nous proposer des noms pour une candidature au World Press Photo. Lorsque nous parlons aux photojournalistes en Afrique, ils nous disent souvent qu’ils ont le sentiment qu’ils ne peuvent pas gagner. Notre réponse est claire : quand vous n’envoyez pas vos photos, vous ne pouvez pas gagner. »

    ► L'exposition des lauréats dans toutes les catégories du World Presse Photo 2017 est à voir jusqu'au 3 décembre à la galerie Carla Sozzani dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.