GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    [Reportage] A Paris, un atelier aide des artistes en exil à continuer à créer

    media Lina Aljijakli, peintre et scénographe syrienne: «Je fais des portraits de femmes et d’enfants, les plus ciblés par la guerre en Syrie». Sébastien Jédor / RFI

    Des oeuvres d'artistes en exil, syriens, soudanais... seront exposées au Musée national de l'histoire de l'immigration à partir de ce vendredi 10 novembre. Un espace de 1 000 mètres carrés ouvert aux réfugiés, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, permet à ceux-ci de continuer à créer ; 150 artistes de 15 nationalités y sont inscrits. Reportage.

    Ils sont Syriens, Soudanais, Congolais, Afghans. Depuis cet été, ils peuvent à nouveau peindre, écrire, répéter leur musique. «  On aide des artistes en exil, donc on aide l’artiste et on aide l’exilé. L’exilé, c’est tout ce qui est administratif ou social ou psychologique, et l’artiste, c’est savoir où il en est, essayer de le reconnecter avec sa pratique, et aussi essayer de le mettre en relation avec le réseau professionnel », explique Judith Depaule, metteur en scène et cofondatrice de l'Atelier des artistes en exil.

    Pendant que Waheed, Aboubakar et Noura répètent, dans un autre atelier, Omar Ibrahim, un peintre syrien arrivé en France il y a trois ans, termine une série de quatre tableaux. «  Ce sont des animaux imaginaires, décrit-il, des sortes de monstres qui vivent en moi ou en vous. On essaie de les cacher, de ne pas les montrer aux autres. Pour les dessiner, j'utilise du noir et blanc  : du charbon et de l'encre de Chine. Et pour le fond, du bleu ou du violet.  »

    L'Atelier des artistes en exil s'apprête à lancer une campagne de financement participatif pour acheter du matériel  : toiles, peinture, pinceaux, tout en sachant que l'été prochain, il faudra trouver d'autres locaux. Les espaces actuels sont promis à la démolition.

    Mais cet horizon est encore lointain pour les réfugiés, concentrés sur leur première exposition : «  Visions d'exil  » sera présentée au Musée national de l'histoire de l'immigration, à Paris, à partir de ce vendredi.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.