GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Le «Mali Twist» du photographe malien Malick Sidibé

    media Malick Sidibé : « A la plage » (1974). Tirage gélatino-argentique. 51 x 61 cm. Courtesy galerie du jour agnès b. Malick Sidibé

    C'était le « reporter de la jeunesse » à Bamako dans les années 1960-70. Un an après le décès de « l’œil de Bamako », la Fondation Cartier à Paris consacre une grande rétrospective à Malick Sidibé. L'exposition « Mali Twist » rassemble quelques 250 de ses clichés. À voir en musique jusqu'au 25 février.

    Pattes d'eph, grandes lunettes aux verres fumées et poses yéyé... Les photos de Malick Sidibé dressent le portrait d'une jeunesse heureuse au Mali nouvellement indépendant. À l'époque, on dansait le twist et le chachacha à Bamako et Malick Sidibé, photographe à peine plus vieux que ses modèles, écumait les surprises parties de la capitale.

    Les plus belles images

    « Il donnait tout pour faire les plus belles images, raconte André Magnin, commissaire de l'exposition. Donc, on l’espérait toujours dans les soirées. Il ne pouvait pas les faire toutes. Il avait une bicyclette, ce qui lui permettait de faire au moins cinq ou six soirées chaque vendredi. Quand il arrivait, il se signalait par un coup de flash. Il observait la jeunesse, et quand la musique lui plaisait, quand il voyait les jeunes danser, se montrer, prendre les poses les plus incroyables, paf, il prenait la photo. »

    Les portraits pris en studio

    Des clichés pris sur le vif, devenus célèbres depuis la première exposition de Malick Sidibé hors d'Afrique. C'était en 1995, déjà à la Fondation Cartier. Depuis, les récompenses se sont multipliées. La rétrospective consacrée au reporter de la jeunesse, un an après sa mort, met aussi l'accent sur ses portraits réalisés en studio, jusque dans les années 1980, avant que l'avènement de la couleur ne le pousse à se reconvertir en réparateur d'appareils photo.

    ► Écouter : Hommage à Malick Sidibé à la Fondation Cartier

    ► Lire aussi : André Magnin : « Malick Sidibé est un monument de la photographie », rfi, 15/4/2016

    Mali Twist, exposition sur l’œuvre du photographe malien Malick Sidibé, jusqu’au 25 février à la Fondation Cartier, Paris.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.