GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Janvier
Mercredi 17 Janvier
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Aujourd'hui
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    L'Académie française entrouvre la porte à la féminisation de la langue

    media L'Académie française devrait aller vers une plus grande féminisation des titres, fonctions et grades. RFI/Pierre René-Worms

    La féminisation de la langue fait l'objet d'un débat passionné en France depuis quelques semaines. L'Académie française a récemment dit tout le mal qu'elle pensait de l'écriture inclusive. Avant même que le Premier ministre en bannisse l'usage cette semaine dans les textes officiels, les « immortels » avaient dénoncé « une aberration » et « un péril mortel » pour la langue française. En revanche, la vénérable Académie serait prête à revoir sa position sur la féminisation des titres, fonctions, grades et des noms de métier.

    L'Académie française a jusqu'ici toujours refusé de féminiser les titres, les fonctions, etc.

    Il y a quinze ans, quand le gouvernement de Lionel Jospin avait souhaité pouvoir écrire madame « la » maire, ou madame « la » ministre, les « immortels » avaient catégoriquement refusé.

    Dans la pratique pourtant, ces usages se sont répandus, chacun faisant un peu ce qu'il veut. Des noms de métiers se sont aussi féminisés, comme avocate ou procureure au féminin.

    Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuelle de l'Académie française, reconnaît en substance qu'il va falloir prendre la mesure de ces modifications de la langue entraînées par les évolutions de la société.

    Dans un courrier au président de la Cour de cassation, l'historienne aurait promis que les académiciens se pencheraient à nouveau sur la féminisation des titres, fonctions et métiers d'ici la fin de l'année.

    Cette concession de la vénérable institution arrive en pleine tourmente sur l'écriture inclusive. Un type d'écriture inventé de longue date par des féministes et en vogue aujourd'hui.

    Il consiste notamment à inclure le féminin dans les noms, entrecoupé de points, pour ne plus écrire par exemple les auditeurs de RFI, mais les auditeu.rice.s de RFI. Une « aberration » aux confins de l'illisibilité pour les académiciens, qui ont même dénoncé un péril mortel pour le français.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.