GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Tierno Monénembo reçoit le Grand Prix de la Francophonie

    media L’écrivain guinéen Tierno Monénembo, lauréat du Grand Prix de la Francophonie 2017 de l'Académie française, ici dans le studio de RFI. RFI / Fanny Renard

    Ce jeudi 30 novembre dans l'après-midi l’écrivain guinéen Tierno Monénembo a reçu le Grand Prix de la Francophonie à l'Académie française. Cette récompense couronne une œuvre littéraire composée d'une douzaine de livres, romans et théâtre. Le lauréat explique à RFI sa définition de la Francophonie, cet « ensemble indivisible ».

    RFI : Quelle est votre définition de la francophonie ?

    Tierno Monenembo : La Francophonie, à mon avis, c’est un mot qui a été inventé, il n’y a pas si longtemps, plutôt dans les années 1960 ou 1970, par Senghor [Léopold Sédar Senghor, écrivain, poète et homme d’État sénégalais, 1906-2001] ou par Hamani Diori [premier président de la République du Niger, 1916-1989]. On se dispute là-dessus. En tout cas, c’est un mot africain, ce n’est pas un mot français. Ce qui fait que les Français ont tendance à considérer que les francophones, ce sont les Africains voire les Belges voire les Suisses voire les Canadiens, comme si les Français, eux, n’étaient pas des francophones. Ce qui n’est pas juste, parce que la Francophonie est un ensemble indivisible. On ne peut pas mettre de côté les Français et de l’autre côté les francophones. On travaille dans la même langue. C’est notre instrument de travail à nous tous. Nous sommes donc partie prenante de tout ce qui concerne cette langue.

    Donc, il faudrait inventer un autre terme ?

    Non, il suffit simplement d’accepter sa généralisation, sa généralité. Faire en sorte que quand on dit francophone, c’est à la fois le Parisien, le Limousin, le Normand, le Guinéen, le Québécois, le Belge, le Suisse ou le Sénégalais.

    ► Écouter l’intégralité de l’interview avec Tierno Monénembo ce dimanche 3 décembre dans l’émission Littérature sans frontières.

    ► Lire aussi : Littérature: Tierno Monénembo, ses fidélités, ses combats et ses utopies, rfi, 18/11/2016

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.