GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Le photographe Sebastião Salgado s’installe à l’Académie des beaux-arts

    media Sebastião Salgado, ici le 8 novembre 2017 à Paris. RFI / Patricia Moribe

    Il est l'un des plus grands photographes du monde, un maître du noir et blanc. Sebastião Ribeiro Salgado est « installé » aujourd'hui, mercredi 6 décembre, à l'Académie des beaux-arts, à Paris. L'artiste brésilien, 73 ans, a parcouru le monde entier, en s'intéressant au travail des hommes et à la protection de la nature.

    Photographe n'est pas le premier métier de Sebastião Salgado, originaire d'une grande famille de paysans du Minas Gerais, région minière au nord de Rio. Économiste, proche de l'extrême gauche, exilé en France pendant la dictature au Brésil, Sebastião Salgado travaille d'abord pour l'Organisation internationale du café en Afrique de l'Est et en Afrique centrale.

    Comme photographe, Sebastião Salgado se fait connaître par des reportages-chocs sur la famine au Sahel, en 1986, une commande de Médecins sans frontières. Mais ce qui l'intéresse par-dessus tout, c'est le monde du travail. Mineurs en Inde, ouvriers du pétrole..., son livre, La Main de l'Homme, en 1993, forge un style fait de noirs et blancs puissants.

    Salgado, « le plus grand photojournaliste du monde »

    Sebastião Salgado multiple les projets au long cours, comme Exode, sur les migrations. Avec Genesis, le « plus grand photojournaliste du monde », selon le Sunday Times, prend le pouls de la planète. Terres vierges, peuples oubliés : huit ans de travail couronnés par des expositions retentissantes.

    Installé à Paris, Sebastião Salgado garde un lien avec le Brésil  : sur le territoire de la ferme de ses parents, l'Instituto Terra, fondé avec sa femme, a replanté plus de deux millions d'arbres. Le jaguar, menacé par la déforestation, a refait son apparition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.