GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juin
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juin
Lundi 25 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    «Ça va aller», la photographe ivoirienne Joana Choumali à la Biennale de Bamako

    media Photo issue de la série «Ça va aller», de la photographe ivoirienne Joana Choumali, présentée à la Biennale de Bamako 2017. Joana Choumali

    Ce sont des œuvres étonnantes, bouleversantes, des photographies brodées sur des sujets graves qui touchent à la fois à l’histoire de la Côte d’Ivoire et à la vie intime des personnages représentés. Ce projet artistique très particulier de l’artiste ivoirienne Joana Choumali, né à Abidjan, d’un père ivoirien et d’une mère hispano-équato-guinéenne, est exposé jusqu'au 31 janvier 2018 aux 11e Rencontres de Bamako. Entretien.

    RFI : Joana Choumali, pourquoi votre série de photographies s’appelle-t-elle « Ça va aller » ?

    Joana Choumali : « Ça va aller » est une expression typique de la Côte d’Ivoire, qui conclue toute conversation positive ou négative. C’est une façon pour nous de dire que tout ira mieux, et cela, quelle que soit la situation. C’est une expression qui a vraiment eu beaucoup plus d’importance après la guerre. Quand il y avait la crise sociopolitique, beaucoup de choses, des événements qu’on ne comprenait pas très bien, dont on ne connaissait pas les contours – ni le début, ni la fin – on utilisait souvent cette expression pour conclure. Ça va aller. Pour se donner du courage les uns aux autres.

    Quand Bassam a subi l’attaque terroriste en 2016, j’étais à l’étranger. Et quand je suis rentrée deux semaines après, je suis allée sur les lieux. D’abord parce que je voulais rencontrer certaines victimes et puis aussi parce que la société des psychiatres de Côte d’Ivoire donnait une conférence sur le thème : comment surmonter un choc traumatique après une attaque terroriste ?

    Comment avez-vous travaillé ?

    J’ai fait le tour de la ville plusieurs fois et j’ai fait des photos avec mon iPhone. Ensuite, quand je suis rentrée à la maison, j’ai vu que toutes les photos parlaient de la même chose, de mon état d’esprit. Mais, je me sentais aussi connectée aux personnes qui figurent sur les photos. Il y avait une certaine mélancolie, une énergie que je ne reconnaissais pas dans cette ville. Et j’ai commencé à broder, parce que j’avais des problèmes de santé qui ne me permettaient pas de vraiment disposer de mon corps comme je le souhaitais. J’ai commencé donc à broder depuis ma maison et je n’ai pas arrêté.

    Quelle est l’articulation entre la broderie et la photo ?

    La photo, surtout la photo avec un portable, ne demande pas beaucoup de technique. C’est un instantané. Mais le contraste entre l’immédiateté de la photo et le temps qu’il faut pour pouvoir broder sur une photo, c’est ce qui m’a intéressé. C’est aussi le rapport avec le côté subit de cette attaque qui n’est jamais préparée, qu’on ne voit pas venir. Et ensuite, le temps qu’il faut pour pouvoir en guérir, pour pouvoir passer à un état plus serein en fait.

    Comment est-ce que vous avez travaillé les couleurs ?

    C’est complètement au hasard. Quand je commence une toile, je ne sais pas comment je la termine. C’était vraiment une écriture automatique, une forme de thérapie. Je n’ai fait aucun croquis. C’est après que je réalise ce que cela exprime. Par exemple, sur cette photo avec cette jeune femme qui est en train de taper sur son portable, on voit des vaisseaux sanguins qui forment un peu les vaisseaux, les artères qu’il y a sur le cœur. Et quelque part, oui, effectivement, la vie, le cœur, l’organe vital en fait.

    Est-ce que les photos ont réellement abouti, pour vous, personnellement, à une vraie forme de résilience ?

    Oui, je pense. Si je n’avais pas travaillé sur ce projet, ça aurait été vraiment beaucoup plus difficile pour moi.

    Vous êtes très émue…

    Oui, toujours. Parce que c’est un projet très intime. Et quand j’ai commencé, ce n’était pas dans l’exposé. Alors, ça m’émeut, oui, de le voir et de sentir que certaines personnes le ressentent aussi.

    La photographe ivoirienne Joana Choumali. Rencontres de Bamako

    ► Lire : «Afrotopia» à Bamako: la photographie d’une Afrique «fière d’elle-même»
    ► Ecouter : VMDN aux 11e Rencontres de Bamako
    La série de photographies de Joana Choumali est exposée dans le cadre des 11e Rencontres de Bamako, jusqu’au 31 janvier 2018.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.