GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 23 Janvier
Mercredi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    Cinéma: les tops et les flops de 2017

    media Image tirée de «Valérian», de Luc Besson EuropaCorp/Valérian SAS/TF1 Distribution

    L'année 2017 qui touche à sa fin est l'occasion de regarder dans le rétroviseur, notamment dans le milieu du cinéma, pour dresser le bilan des succès et des échecs les plus retentissants de l'année. La fréquentation des salles de cinémas françaises en 2017 s'annonce déjà plutôt bonne, dopée notamment par la sortie du nouvel épisode de la saga « Star Wars ».

    L'année 2017 devrait être faste en termes de fréquentation. Plus de 200 millions de billets ont été vendus. Certains films font office de locomotives, comme l'épisode VIII de la saga « Star Wars ». Signé Rian Johnson, « Les derniers Jedi » a déjà attiré plus de 4 millions de spectateurs en trois semaines dans les salles.

    Les oeuvres marquantes de l'année sont des films de genre, comme la comédie musicale « La La land » de Damien Chazelle, le film de guerre « Dunkerque » de Christopher Nolan ou la comédie française « Le sens de la fête » du duo Olivier Nakache et Eric Toledano.

    Mauvais cru pour Luc Besson

    Nos coups de coeur sont signés Raoul Peck avec son documentaire « I am not your negro », Robin Campillo avec « 120 battements par minute » et « Félicité » d'Alain Gomis, un magnifique portrait de femme à Kinshasa, en RDC.

    Avec une moyenne de douze films nouveaux chaque semaine, les échecs sont aussi inévitables. Le plus retentissant est signé Luc Besson. Son « Valerian et la Cité des mille planètes » a certes attiré plus de 4 millions de spectateurs en France. Mais il a fait un bide aux Etats-Unis.

    Or, ce blockbuster avait coûté 200 millions de dollars. L'empire EuropaCorp de Luc Besson semble désormais menacé.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.