GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Disparition de la légende sud-africaine du jazz Hugh Masekela

    media Hugh Masekela en concert à Paris en 2010. RFI / Edmond Sadaka

    Légende sud-africaine du jazz et figure de la lutte contre l'apartheid, le trompettiste et chanteur Hugh Masekela est décédé mardi à l'âge de 78 ans, suscitant une pluie d'hommages pour saluer sa musique « intemporelle » et son engagement politique.

    « C'est avec une immense tristesse que la famille de Ramapolo Hugh Masekela annonce son décès. Après une courageuse bataille contre un cancer de la prostate, il est décédé paisiblement à Johannesburg, entouré de ses proches », a annoncé sa famille. Le président sud-africain Jacob Zuma a salué « un artiste de jazz, un trompettiste de légende, un défenseur de la culture et un vétéran de la lutte de libération » contre l'apartheid. « Il a gardé vivante la flamme de la liberté en luttant, grâce à sa musique, contre l'apartheid », a encore estimé M. Zuma. « C'est une perte incommensurable pour le monde de la musique et le pays tout entier. »

    Il a connu la pauvreté, la ségrégation et l'exil, mais aussi la gloire et les tournées mondiales...

    Hugh Masekela, l'incarnation du jazz sud-africain 23/01/2018 - par Sophie Torlotin Écouter

    « Bring Him Back Home »

    Hugh Masekela avait fui le régime de l'apartheid dans les années 1960 et n'était rentré dans son pays qu'après la libération en 1990 de Nelson Mandela, icône de la lutte contre le racisme. Parmi ses plus grands tubes figurent « Bring Him Back Home » (« Ramenez-le chez lui »), en hommage au futur prix Nobel de la paix, et « Grazing in the Grass », un morceau instrumental à la trompette rythmé par... une cloche de vache ! Adolescent, Hugh Masekela avait reçu sa première trompette d'un prêtre engagé dans la lutte contre l'apartheid, Trevor Huddlestone. « Je l'ai prise et je me suis senti comme un poisson dans l'eau », racontait-il. Elevé par sa grand-mère dans la petite ville de Witbank (nord), il expliquait que c'était là, entouré de mines de charbon, que son « âme avait été emportée par la musique ».

    Une vie d'excès

    Il grandit pendant les pires heures du régime ségrégationniste et ne rêve que d'une chose: l'exil. « Quand l'avion a décollé, c'était comme si j'étais libéré d'un poids énorme. Comme si pendant vingt-et-un ans, j'avais été constipé », se souvient-il crûment dans son autobiographie Still Grazing. Après un passage à Londres, il étudie à New York, à la Manhattan School of Music. Aux Etats-Unis, il fréquente des géants de la musique, comme Jimmy Hendrix, David Crosby, Marvin Gaye, Dizzy Gillepsie ou « Mama Africa », la chanteuse sud-africaine Miriam Makeba, dont il tombe amoureux. Leur mariage durera deux petites années.

    Il chante l'oppression et le combat. Dans le titre « Stimela », il rend hommage aux travailleurs noirs qui partent en train vers les mines. Dans le très entraînant « Thanayi », il raconte le combat d'une femme pour trouver de la nourriture. La vie de Hugh Masekela a été marquée par les excès. « J'étais accroc à l'argent - quand je pouvais en trouver - accroc aux drogues, qui n'étaient jamais dures à trouver, accroc à l'amour, accroc au sexe et à la musique, et pas du tout pressé de devenir sobre. En réalité, il m'a fallu plusieurs décennies avant de me réveiller », écrivait-il.

    « Légende de l'année »

    De retour sur le continent africain, il joue avec le roi de l'afrobeat, le Nigérian Fela Kuti, et participe en 1974 à l'organisation du festival en amont du duel de boxe historique entre Mohamed Ali et George Foreman à Kinshasa. Dans les années 1980, il construit un studio d'enregistrement mobile au Botswana et part en tournée avec Paul Simon pour le fameux album Graceland. Marié à quatre reprises, il rafle en 2016 le prix de « légende de l'année » au MTV Africa Music Awards et joue, la même année, pour le président américain Barack Obama. « Grâce à sa musique intemporelle », Masekela a réussi à « élever l'âme » de l'Afrique du Sud, a salué son ministre de la Culture Nathi Mthethw. « La nation a perdu un musicien d'exception. »

    (avec AFP)

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.