GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    «La langue française n’est plus la propriété de la France»

    media Détail de la brochure « Novembre numérique ». L’initiative internationale lancée par l’Institut français fêtera en novembre 2018 sa deuxième édition dans plus de 30 pays. Institut français

    Le président de l’Institut français, Pierre Buhler, exposera, lors de la Conférence internationale pour la langue française et le plurilinguisme dans le monde, ce mercredi 14 et jeudi 15 février à Paris, les objectifs et les enjeux de ce séminaire. Entretien avec l’ambassadeur pour l’action culturelle extérieure de la France sur la promotion du français, le défi des 1 500 Instituts Confucius de la Chine et la Saison des cultures africaines en 2020.

    RFI : Qu’est-ce que cela signifie d’être l’opérateur de la diplomatie culturelle de la France à l’ère numérique ?

    Pierre Buhler : Cela nous expose à de nouveaux défis. Nous sommes un opérateur déjà très installé sur l’ensemble de la palette des actions dans le domaine de la culture, mais aussi de la langue française et de l’éducation. Aujourd’hui, nous sommes en train de mettre en place une plateforme numérique beaucoup plus puissante que notre site internet actuel. Elle sera opérationnelle à l’été et apportera des contenus importants et consistants et à notre réseau d’Instituts français et d’Alliances françaises dans le monde et aux professionnels des arts et des cultures numériques et au grand public. Au fond, nous essayons toujours d’être un peu sur la crête de la vague numérique. C’est une vague avec un pouvoir de transformation extraordinairement important et pour nous un outil essentiel pour projeter la France dans le monde.

    Le monde bouge, la culture bouge aussi. Quel est pour vous le plus grand changement dans la cartographie de la culture dans le monde d’aujourd’hui ?

    On parle toujours d’un déplacement du centre de gravité géopolitique de la planète vers l’Asie. Nous essayons évidemment d’être notamment présents dans les économies émergentes où nous voyons des classes moyennes de plus en plus nombreuses, avec des besoins culturels de plus en plus apparents. Donc, le réseau culturel et diplomatique dans son ensemble investit particulièrement ces pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil ou l’Afrique du Sud. Aujourd’hui, il est intéressant de souligner que le premier marché pour les droits de traduction de l’édition française est la Chine : 2 000 livres français sont achetés chaque année par des éditeurs chinois à la France.

    96 Instituts français existent dans le monde. Quel sera le budget et quelles seront les zones prioritaires en 2018 ?

    C’est un budget agrégé qui couvre plusieurs secteurs : l’action culturelle, mais aussi une coopération scientifique universitaire… Il est difficile d’isoler la fonction strictement culturelle. S’y ajoute le budget de l’Institut français qui lui, bénéficie d’un budget de l’ordre de 32 millions d’euros par an. Ce budget s’ajoute au budget des Instituts français locaux pour conduire cette politique dans le monde qui ne se limite d’ailleurs pas à l’Institut français. Les Alliances françaises bénéficient également d’une aide importante de l’État sous forme de mises en disposition de directeurs d’Alliances, de délégué régionaux de l’Alliance et des subventions sur projet. Là aussi, on est autour de 30-35 millions d’euros par an. Ce n’est évidemment jamais assez, jamais autant qu’on le voudrait.

    Y a-t-il un pays, une zone prioritaire pour 2018 ?

    Ce sont plus des pays que des zones prioritaires. Dans notre contrat d’objectifs et de moyens (COM), nous avons 39 pays prioritaires pour notre action qui sont les grands pays européens, les grands pays émergents, plusieurs pays du continent africain, l’Afrique du Nord, l’Afrique subsaharienne, des pays en Amérique latine.

    L’Institut français revendique 6 000 projections de films africains du fonds la Cinémathèque Afrique présentées chaque année dans le monde. Vous soutenez aussi 60 opérateurs culturels africains et caribéens dans les secteurs du spectacle vivant, de la musique, des arts virtuels. Est-ce que cela signifie que l’Afrique figure aussi parmi vos priorités ?

    L’Institut français a reçu la mission qui incombait déjà aux institutions dont est issu l’Institut français. Donc nous avons hérité le programme « Afrique et Caraïbes en création ». Dans ce cadre, nous accompagnons des jeunes artistes du continent africain à cheminer sur la scène mondiale et accéder à la notoriété. Je citerais l’exemple de l’artiste africaine Angélique Kidjo qui aujourd’hui encore se réfère à cette aide initiale qu’elle a reçue.

    « Le français, la langue française, n’est plus la propriété de la France. » (Pierre Buhler, président de l'Institut français)

    Vous promettez de « mettre le cinéma africain au plus près du public africain ». Comment allez-vous procéder ?

    Nous avons un réseau de salles de cinéma dans les Instituts français du continent africain. Certaines sont même équipées en numérique et avec des équipements très sophistiqués. Donc nous incitons nos Instituts à projeter dans des cadres de festivals ou lors de projections uniques ces films du patrimoine cinématographique africain que nous conservons. Nous nous efforçons de le numériser, donc de le rendre encore plus facilement à projeter. Dans son discours de Ouagadougou, le président Emmanuel Macron a annoncé de mettre ces cinémathèques Afrique, ces 1 600 titres du patrimoine cinématographique africain, à la disposition de l’ensemble du continent pour découvrir ou redécouvrir des films. Nous le faisons déjà, mais cela sera sans doute fait encore plus systématique dans le cadre de la Saison des cultures africaines 2020, annoncée par le président français.

    Avez-vous déjà un événement phare à annoncer pour la Saison des cultures africaines 2020 ?

    Non, nous y travaillons actuellement. Nous aurons la définition de ce que sera cette Saison des cultures africaines par le discours du président de la République et nous travaillons actuellement à la conception de cette Saison des cultures africaines 2020 qui est quelque chose d’assez inédit. Cela n’a pas de précédent et demande un travail important d’élaboration, de conception, mais nous en sommes vraiment encore au tout début du dispositif.

    La langue va rester aussi en 2018 au cœur du rôle de l’Institut français. Selon vous, cette projection selon laquelle, en 2050, il y aura 700 millions de francophones dans le monde, dont 85 % en Afrique, est-ce un mirage, une illusion ?

    Je ne suis pas sûr qu’il faille se focaliser sur ce chiffre. C’est une extrapolation de statistiques démographiques. Ce qui est important, c’est de définir aujourd’hui un plan d’ensemble pour la promotion du français et du plurilinguisme. Un plan que le président de la République a appelé de ses vœux en août 2017 en s’exprimant devant les ambassadeurs. C’est un plan qui est en cours d’élaboration. Pour cette élaboration se déroule en ce moment même, depuis le 26 janvier et jusqu’au 20 mars, une consultation en ligne pour l’ensemble du monde où chacun est invité à déposer son idée pour le français, le 14 et 15 février une conférence internationale regroupant tous les acteurs et aussi les experts de la langue française et du plurilinguisme se réuniront à Paris pour remettre des recommandations à intégrer dans ce plan d’ensemble.

    Dans ses discours, à plusieurs reprises, le président a insisté sur le fait que le français, la langue française, n’est plus la propriété de la France. C’est une langue qui est partagée par de très nombreux pays et locuteurs et au fond, elle appartient à tous ceux qui la pratiquent, qui l’enrichissent, qui la font vivre. C’est vraiment dans cet esprit dans lequel se déroule cette consultation. Nous aurons des participants qui viendront du monde entier : d’Afrique francophone, du Maghreb, du Liban, du Québec, de la Roumanie et bien sûr aussi d’autres pays européens. Et chacun aura sa pierre à apporter à cette formidable aventure qui est le français aujourd’hui.

    Les Instituts Goethe souhaitent devenir de plus en plus actifs en Afrique. La Chine, depuis 2014, a ouvert plus que 1 500 instituts Confucius dans 142 pays du monde. Craignez-vous que la France se retrouve bientôt à la traîne ? Est-ce que la France donne les moyens nécessaires pour le développement culturel face à ces géants d’aujourd’hui ?

    Certainement. Le plan d’ensemble pour le français et le plurilinguisme est justement conçu pour éviter que d’aucune façon la France ne soit à la traîne. Nous nous appuyons quand même sur un réseau de 160 sites d’Instituts français et 830 Alliances françaises dans le monde. Donc, on n’a à rougir de rien. C’est un réseau qui est très actif, avec beaucoup de bénévoles, de gens qui ont une passion pour le français, qui s’investissent et s’engagent. Nous nous pouvons nous appuyer sur ces bonnes volontés, sur cette envie de faire vivre la France et la culture française. La Chine est dans une démarche qui est la sienne. L’Institut Confucius partait un peu de zéro, ils étaient peu présents. Aujourd’hui, ils le sont plus. Beaucoup d’autres pays sont d’ailleurs très actifs. C’est très bien. Nous, nous avons cette mission envers tous ceux qui ont une attente vis-à-vis de la France, la langue française, pour aller au-devant de ces attentes et travailler avec eux pour faire avancer cette cause qui est le français et la culture française en partage.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.