GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    Cinéma: le féminisme sous les projecteurs au festival de Berlin

    media Une partie de l'équipe du film «Damsel» avec Robert Pattinson et Mia Wasikowska au centre. REUTERS/Christian Mang

    A Berlin se tient depuis jeudi, et encore pendant une semaine, la 68e Berlinale, l'un des trois plus grands festivals de cinéma au monde (avec Cannes et Venise). Près de 400 films sont projetés pendant dix jours, 19 seulement sont en lice pour le prestigieux Ours d'or. Mais cette année, le sujet qui occupe les esprits et les prises de parole, c'est bien la libération de la parole des femmes, dans la foulée du mouvement #metoo lancé aux Etats-Unis après les révélations des abus sexuels commis par le producteur Harvey Weinstein. Ce festival a donc décidé de consacrer du temps et de l'attention à l'égalité hommes / femmes.

    Avec notre envoyée spéciale à Berlin, Sophie Torlotin

    Deux rencontres particulières sont au programme de la Berlinale : l'une consacrée à l'égalité hommes / femmes dans l'octroi des aides publiques à la création, l'autre à la lutte contre le harcèlement sexuel dans l'industrie du cinéma.

    La question est dans tous les esprits. Lors de leur rencontre avec la presse, les stars au générique du film d'ouverture L'île aux chiens, Bill Murray, Bryan Cranston ou Liev Schreiber ont dû répondre à des questions ou ont spontanément affirmé qu'ils soutenaient le mouvement #metoo, quels qu'en soient les excès.

    Des films boycottés

    Le directeur de la Berlinale affirme avoir refusé de sélectionner des films de cinéastes suspectés d'abus sexuels. Même si figure au programme le nouveau film du sud-coréen Kim Ki-dus, accusé de harcèlement par une actrice.

    Seules quatre réalisatrices, sur dix-neuf cinéastes, peuvent prétendre à l'Ours d'or. La parité n'est donc pas encore à l'ordre du jour. Mais les sujets traités montrent une attention aux femmes. Ainsi Damsel, le film des frères Zellner, revendique une approche parodique et féministe du western. Mia Wasikowska y incarne une jeune fille bien décidée à vivre librement ses amours et maîtrisant mieux la gâchette que son amoureux transi et obsessionnel campé par Robert Pattinson.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.