GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
Aujourd'hui
Mardi 26 Juin
Mercredi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    «Razzia», le cinéaste marocain Nabil Ayouch provoque le débat

    media Maryam Touzani dans « Razzia » de Nabil Ayouch. Les Films du Nouveau Monde / Artemis Productions / Ali n' Prod

    Le film fait déjà sensation dans son pays, le Maroc. « Razzia », le nouveau long métrage de Nabil Ayouch sort ce mercredi 13 mars sur les écrans français. Trois ans après le phénomène « Much Loved » qui avait fait scandale en montrant la vie de prostituées de Marrakech, le réalisateur de 48 ans entrecroise les destins de cinq personnages...

    « J’ai toujours pensé que les grandes révolutions commençaient par les petites révolutions individuelles, des révolutions de l’intime », avoue Nabil Ayouch.

    Avez Razzia, le cinéaste marocain ne filme pas une révolution active, mais une somme de résistances. Celle de cinq personnages aux destins a priori séparés : une vieille femme venue à la ville avec son fils pour rechercher l'homme qu'elle aime, une femme libre qui refuse de se soumettre aux volontés de son mari, une adolescente des beaux quartiers qui apprend à se connaître, un restaurateur juif et un jeune homme de la Medina fan de Freddie Mercury.

    « Razzia », une même envie de liberté

    Les visages, les quêtes, même les époques peuvent être différents, mais tous ces personnages sont liés par une même envie de liberté : « Ce sont des personnages que j’ai rencontrés, observés, aimés, en tout cas qui m’ont touché, et qui vivent d’une manière extrêmement solitaire et parfois même un peu secrète des résistances », raconte Nabil Ayouch.

    Le réalisateur filme avec sensualité les corps qui dansent, chantent, évoluent sans entraves. Avec Razzia, film humaniste, œuvre plurielle, le cinéaste de 48 ans livre, une nouvelle fois, une ode à la femme et espère provoquer le débat dans son pays. Mission accomplie puisque depuis sa sortie dans le royaume il y a un mois, le film bat des records de fréquentations.

    ► Ecouter notre Rendez-vous Culture du 13 mars consacré au film Razzia de Nabil Ayouch.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.