GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Culture

    Francophonie: comment faire respecter le français dans les médias?

    media Le studio de RFI pendant le discours du président Macron à Ouagadougou avec nos invités et spécialistes. (Photo d'illustration) RFI

    Ce mardi 20 mars, Journée de la francophonie, est également la Journée du français dans les médias. Lancée par le CSA, le Conseil supérieur de l'audiovisuel français, elle vise à promouvoir un usage correct de la langue française dans les journaux et les programmes des radios et des télévisions.

    Éviter les fautes, éviter les anglicismes... Les objectifs de la Journée du français dans les médias ne se limitent pas à cela. Au quotidien, les journalistes sont invités à utiliser « point d'enregistrement » plutôt que « hot spot », quand ils évoquent les politiques d'immigration... Préférer les « joutes » aux « battle » quand ils parlent de « street art »... ou plutôt d'« art urbain ». Ou encore, pianoter sur son « mobile multifonction » plutôt que de dégainer son « smartphone ».

    De manière plus subtile, Nicolas Curien, président par intérim du Conseil supérieur de l'audiovisuel, pointe l’intrusion d’autres anglicismes dans le langage courant, comme le verbe « générer ». « Il y a toujours un meilleur mot : produire, susciter, provoquer, souligne-t-il. C’est dommage d’importer des ‘‘mots valises’’ parce qu’on a la flemme d’aller chercher des termes plus précis. "Générer’" est typique de cette dérive », regrette Nicolas Curien.

    Le CSA vérifie le respect des obligations envers la langue française

    L'une des missions du CSA, le « gendarme » de l'audiovisuel français, est justement de vérifier que les chaînes de radio et de télévision respectent leurs obligations envers la langue française. Ces obligations sont inscrites dans les cahiers des charges des médias audiovisuels, documents sur la base desquels sont délivrées les autorisations d'émettre.

    Mais l’idée n’est pas d’en arriver à une « police de la langue », au contraire. Il s’agit de montrer la diversité du français, la richesse de ses nuances et sa capacité d’adaptation au monde d'aujourd'hui.

    Ambassadeur de la Journée du français dans les médias, le dessinateur Joann Sfar se fait l’apôtre de cette richesse de la langue. « Les médias ont une fonction de préservation du langage, mais parfois on oublie la diversité des mots, des registres et des manières de s’exprimer, qui libèrerait le jeune public, note l’auteur de la bande dessinée Le Chat du rabbin, sur un félin qui adore jouer avec les mots. J’encourage tous les jeunes à maîtriser les gros mots, mais surtout à savoir quand il faut les dire », poursuit Joann Sfar.

    Manier les différents registres du langage

    L'écrivain Karine Tuil, autre ambassadrice de cette Journée du français dans les médias, manie à la perfection les différents registres de langage. Dans son dernier livre, L'Insouciance, elle fait parler aussi bien des soldats que des PDG. L’auteur se souvient que, dans sa famille, les médias ont joué un grand rôle dans la maîtrise du français.

    « Je suis fille d'immigrés. Quand mes parents sont arrivés en France, il y a eu très tôt ce désir d'intégration par la langue, témoigne l’écrivain. Quand j’étais enfant, ma mère et mon grand-père aimaient beaucoup regarder ‘Les Chiffres et les lettres’ à la télévision. Et je ne m’endormais jamais sans avoir appris un nouveau mot dans le dictionnaire. »

    Karine Tuil aimerait voir réhabiliter certains mots ou expressions qu'elle affectionne, comme « faire sa chattemite » (séduire par ruse à la manière d’un chat) ou « brasiller » (scintiller comme un brasero).

    Un hymne à l'amour de la langue et à l'amour des dictionnaires, que les journalistes sont invités à ouvrir plus souvent.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.