GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 11 Août
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Aujourd'hui
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Culture

    [La vie des mots] A quand Tintin en mandenkan ?

    media Tintin et son chien Milou. Sony Pictures Releasing France

    Je voue une immense reconnaissance à Tintin.

    D’abord, c’est grâce à un de ses albums que j’ai commencé à lire seul.

    Au jeune reporter, je dois ensuite ma soif de voyages, au capitaine Haddock ma barbe et des imprécations variées, aux Dupondt un goût pour les contrepèteries (« botus et mouche cousue »).

    Je suis aussi redevable à Tintin de la meilleure recette pour entamer l’apprentissage d’une langue étrangère : un texte connu par cœur se déchiffre avec application, avec délectation, avec jubilation, tonnerre de Brest et mille sabords !

    Cela peut donner thundering typhoons en anglais, com um milhāo de raios en portugais, Amiral Nelsons alla bomber och kanoner en suédois, Per mille balene en italien, Hunderttausend heulende Höllenhunde (cent mille cerbères hurlant) en allemand, duisend drommelse duiwels (mille diables de l’enfer) en afikaans, duizend bommen en granaten (mille bombes et grenades) en néerlandais, krudt og søslanger (poudre à canon et serpents de mer) en danois, lamp de llamp de rellamp (foudre de foudre) en catalan.

    Tintin m’a initié au sens de la nuance inaudible, ou presque : les indissociables détectives s’appellent Thomson and Thompson, Schulze und Schultze, Sāmir wa Tāmir, Hernandez y Fernandez, Jansen en Janssen, mais aussi Dùben hé Dùpeng (mandarin) Uys en Buys (afrikaans), Ar Bras ha Ar Braz (breton), Clodius et Claudius (latin), Johnson and Ronson (bengali).

    Tintin est un homme sans qualités, suggère Barbara Cassin dans le catalogue du MuCEM sur la traduction (Après Babel, Actes Sud, 2016), donc apte à toute aventure. Sans qualité ? Et la fidélité en amitié, que diable ! C’est pourquoi nous sommes nombreux à nous reconnaître dans le journaliste bruxellois.

    Ecrites par un véritable bilingue (voire trilingue, si l’on compte le syldave), les aventures de Tintin reposent dès le départ sur la traduction. Elles se prêtent donc à une diffusion mondiale plus aisément qu’Astérix, fondé sur les clins d’œil francocentrés du génial Goscinny.

    Ce même catalogue du MuCEM propose une carte amusante sur le chemin des traductions respectives de Marx et de Tintin. Après la Bible, traduite en 542 langues, les œuvres d’Hergé figurent en haut du palmarès, avec plus de cent langues au compteur. Poussant ce parallèle, un chercheur avance que c’est un prêtre du Luxembourg, ayant traduit jadis le Nouveau Testament, qui aurait adapté Tintin en luxembourgeois. Je n’ai rien trouvé de tel sur la Toile : le traducteur Lex Roth était instituteur.

    Ce qui me stupéfie, c’est que Tintin poursuive une carrière entamée en 1929. Sur 340 millions d’albums vendus, plus de la moitié le furent après la mort d’Hergé en 1983. Il s’en écoule encore un million d’exemplaires par an, dont 340 000 en France et 31 000 en Belgique.

    Les traductions de Tintin sont loin d’être closes. Citons Bato Licorn so sékré (Le secret de la Licorne) en créole mauricien, L’Z’emmanchées du gars Tournesô (L’affaire Tournesol) en sarthois. Une souscription est ouverte pour financer une traduction en araméen. Des quatre langues construites que sont le volapük, l’interlingua, l’occidental et l’espéranto, seule cette dernière a franchi l’étape essentielle de la traduction de Tintin.

    Car c’est le dernier bienfait du petit reporter : ses traductions fixent certaines langues (autre parallèle avec la Bible). Un siècle après un périple archi-colonial au Congo, Tintin revient sur le continent africain avec d’autres intentions. En 2013, Le secret de la Licorne a été traduit en wolof sous le titre Kumpag Wàngalàng wi. Avec ses deux mille langues, l’Afrique est un terrain béni pour les traducteurs inspirés.

    En créant une rédaction en mandenkan, langue qui fédère plusieurs parlers mandingues d’Afrique de l’Ouest, RFI a fait un pas majeur vers la fixation de la langue. Mieux encore, cela permet d’arrimer la langue à la modernité et à la modernisation. Ainsi les journalistes de RFI ont-ils trouvé un équivalent pour le drone : limɔgɔba (la grosse mouche).

    D’où ma question : à quand Tintin en mandenkan ?

    Tous les billets du blog littéraire de Georges Lory

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.