GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 11 Août
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Aujourd'hui
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Soudan: 22 écoliers morts dans le naufrage d'une embarcation sur le Nil
    • Soudan: vingt-deux écoliers meurent dans le naufrage d'une embarcation sur le fleuve Nil (médias)
    • Droits de l'homme: un tribunal ordonne la libération du président d'Amnesty international en Turquie, selon l'ONG
    • Réfugiés en Méditerranée: l'«Aquarius» est à Malte pour débarquer 141 migrants secourus en mer (AFP)
    • Afghanistan: forte explosion constatée dans un quartier chiite de Kaboul (responsables)
    • Viaduc effondré à Gênes en Italie: il y a trois Français parmi les personnes décédées, indique le Quai d'Orsay
    • Viaduc effondré en Italie: le bilan est désormais de 39 morts confirmés (officiel)
    • Ankara refuse à nouveau de lever l'assignation à résidence du pasteur Brunson (médias)
    • Viaduc effondré en Italie: le gouvernement indique vouloir révoquer la concession autoroutière (ministres)
    France

    Cannes: Stéphane Brizé à nouveau «En guerre» contre le capitalisme sauvage

    media Vincent Lindon dans « En guerre », de Stéphane Brizé. Nord Ouest Films

    C’est l’histoire d’une lutte de salariés pour sauver leur usine contre la logique financière et les lois du marché international. « En guerre », du réalisateur français Stéphane Brizé, a recueilli l’applaudissement le plus long du Festival de Cannes 2018 et se trouve en lice pour la Palme d’or. Malgré cela, le rôle principal du syndicaliste intègre et engagé, incarné par Vincent Lindon, procure une légère sensation de déjà-vu. 

    « Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas, a déjà perdu. » Affichée au début du film, la phrase précède un long tunnel de « téléréalité », un reportage d'une chaîne d'info en continu sur une usine menacée de fermeture. On a compris, l’heure est grave, les 1 100 salariés de l’entreprise Perrin à Agen risquent de perdre leur travail.

    Heureusement, Vincent Lindon est là. En tant que super-syndicaliste, son personnage, Laurent Amédéo, pointe son doigt et son stylo Bic 4 couleurs vers les membres de la direction pour leur dire ses quatre vérités. Deux ans plus tôt, les ouvriers avaient concédé des baisses de salaires pour sauver leurs emplois et empêcher une délocalisation. Malgré tout, le directoire du groupe allemand a décidé de fermer l’usine en France. En cause : une rentabilité jugée insuffisante, en dépit de 17 millions d’euros de profits encaissés l’année précédente. Désabusés, les 1 100 salariés se mettent en grève, bloquent la production et le stock.

    Faut-il continuer ou arrêter de faire la même chose quand le succès est au rendez-vous ? Avec La loi du marché, le réalisateur Stéphane Brizé avait reçu les honneurs du Festival de Cannes 2015 avec un prix d’interprétation masculine pour son acteur fétiche Vincent Lindon. A l’époque, il incarnait un ancien syndicaliste sans emploi qui se sacrifiait pour les autres. Un homme intègre avec une situation familiale difficile: un fils handicapé et un crédit à payer pour la maison.

    Dans ce film, l'homme qu'il incarne a pratiquement le même profil : syndicaliste, au service des autres, situation familiale tendue, une fille en train d’accoucher, la maison à payer… Rien n’a changé, ni le pessimisme affiché du scénario ni Vincent Lindon : il joue toujours un homme droit, engagé, grande gueule, pétri de principes et de certitudes et prêt à en découdre pour défendre son idéal de justice. 

    Vincent Lindon parfois trop authentique

    Les nombreuses reconstitutions de reportages télé sont censées appuyer la véracité du propos. Stéphane Brizé souhaite fusionner l’esthétique de la télévision avec l’engagement social de son cinéma. Ceci dit, pourquoi aller au cinéma pour regarder une chaîne d’info en continu ? Est-ce que le film permet vraiment d’aller plus loin que les nombreux reportages existants sur le sujet ?

    Transposer la colère qui ressort des reportages télé sur le visage d’une vedette du grand écran représente un risque évident. Vincent Lindon semble parfois trop authentique. Ce syndicaliste sans faille prend la lumière comme un comédien, pas comme un véritable syndicaliste. En attendant, dans le film, la lutte entre patrons et syndicats fait tache d’huile. La direction réussit à diviser le camp syndical : certains retournent leur veste, d’autres acceptent des chèques de départ, d’autres veulent continuer la lutte jusqu’au bout, jusqu’à la victoire.

    Dans La loi du marché, Stéphane Brizé avait planté sa caméra à la hauteur de l’individu éprouvé, humilié et écrasé par la loi du marché. Cette fois, la lutte des Perrins se joue au niveau de la société et même du système économique mondial. D’où la justification du titre. En guerre montre des méchants capitalistes, licenciant sans scrupules les salariés pour optimiser les profits. La guerre commence quand les salariés ne se contentent plus de tirer à boulets rouges contre la direction. Des palettes et des pneus de camions entrent en jeu. Et puis, le désespoir pousse quelques salariés à s’en prendre même physiquement aux autres pour protester contre la fermeture cynique de leur usine. Pour Stéphane Brizé, la guerre vient seulement de commencer…

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.