GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    «Salto», une plateforme française pour défier Netflix

    media Netflix a dépassé le cap des 125 millions d'abonnés dans le monde, dont 3,5 millions en France. REUTERS/Mike Blake/File Photo

    Un « Netflix à la française ». Souhaité par Matignon, le projet existe depuis des années, mais semble désormais sur les rails. France Télévisions, TF1 et M6 viennent d'annoncer ce vendredi 15 juin une alliance inédite. Ils souhaitent créer une plate-forme commune de vidéo en ligne baptisée « Salto » pour contrer les grands concurrents américains, Netflix et Amazon. Un groupe public et deux chaînes privés qui unissent leurs forces, c'est du jamais-vu en France.

    Cette plate-forme en ligne fonctionnera sur abonnement et sans engagement. Plusieurs formules seront proposées pour satisfaire le plus grand nombre avec des tarifs plutôt concurrentiels. L'abonnement de base devrait se situer entre deux et cinq euros par mois, en tout cas à moins de cinq euros contre actuellement sept à huit euros pour Netflix.

    En termes de contenu, on devrait retrouver le meilleur du direct ou du rattrapage, mais aussi de l'inédit. Les services devraient d'ailleurs inclure un visionnage en rattrapage étendu à plus de sept jours, la possibilité de reprendre une série du début et surtout : l'offre de Salto sera principalement française et européenne et va communiquer avec les plateformes gratuites déjà existantes comme MyTF1 ou France.tv.

    Le rythme effréné de Netflix

    L'idée ne date pas d’hier. Un premier rapprochement tenté en 2015 avait échoué. Ce qui change la donne aujourd'hui, c’est l'urgence. En seulement quatre ans, Netflix a raflé quelque 3,5 millions d'abonnés dans l'hexagone, soit plus que le bouquet payant d'Orange, et il recrute tous les mois 100 000 de plus. À ce rythme effréné, le géant américain pourrait tôt ou tard détrôner le numéro 1 de la télévision payante française, Canal+, avec ses près de 5 millions d'abonnés. Sans parler des offres gratuites comme la TNT ou YouTube.

    Cette nouvelle alliance a reçu l'aval des conseils d'administration des trois groupes hier. Selon le journal Le Monde, des investissements sont prévus à hauteur d'au minimum 50 millions d’euros pour lancer la plate-forme courant 2019.

    La création audiovisuelle en France

    TF1 et France Télévisions représentent actuellement 75 % de la création audiovisuelle en France, mais le trio accepte que d'autres chaînes rejoignent le club.

    En alliant leurs forces, TF1, M6 et France TV pourraient également mutualiser leurs investissements en termes de technologie, par exemple, concevoir une interface intuitive. Bref, avec un peu de chance réussir un Salto avant pour défier la concurrence américaine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.